La gestalt : une lumière sur notre manière-d’être-au-monde

Publié: 7 décembre 2013 dans Être mieux avec soi-même, Comment améliorer sa sexualité, Sexologue Montréal
Tags:, ,

gestaltEt maintenant, que fais-tu de ce qu’on a fait de toi ? –Sartre

 

La gestalt est parfois caractérisée comme une thérapie de la responsabilisation. Plus précisément, elle est là pour aider le client à faire des meilleurs choix dans sa vie. Tel qu’expliqué dans le texte « créer sa propre vie », nous peignons notre propre toile. Nous sommes les maîtres de notre destinée. Nous avons constamment à faire des choix et des rejets car qui dit sélectionner une option dit également renoncer aux autres possibles. Encore faut-il faire des bons choix…des choix à fois authentiques et en harmonie avec notre environnement. Une perception juste de soi-même et de ce qui est autour de nous facilitera ce processus de choix

 

Plusieurs obstacles peuvent venir altérer la capacité de choix d’un individu. En réponse, la gestalt vise entre autres les objectifs suivants :

 

–          Repérer les conduites répétitives d’un individu ainsi que ses blocages

–          Amener l’individu à contacter ses ressources personnelles (on peut penser à l’enfant spontané et l’adulte sain)

 

La gestalt voit l’être humain comme une entité dynamique et non statique. Nous sommes en continuelle interaction avec l’environnement (qui est aussi changeant), ce qui implique une adaptation continuelle et créative. Selon cette thérapie, il s’avère important d’avoir une juste perception de soi et de l’environnement afin de faciliter le contact entre le Self et l’environnement.

 

Par notre nature humaine, nous avons constamment des besoins et désirs qui émergent (qu’on qualifie de figures ou littéralement Gestalts). Lorsqu’un besoin émerge, la figure prend place, ce qui met le fond en arrière.

 

Par exemple, quand on a vraiment faim, on ne pense pas vraiment à d’autre chose. Notre champ de perception est dominé par ce besoin (figure), ce qui laisse les autres éléments de la personnalité (fond) en arrière plan. Par exemple, quelqu’un d’affamé ne pensera pas à son avenir professionnel.

 

Pour les gestaltistes, un individu en bonne santé psychique implique un processus fluide de création et de destruction de gestalts (besoins ou figures) sans résistances majeures qui viendraient bloquer ce cycle de contact. Voici les différentes étapes de ce cycle de contact :

 

  1. Pré-contact : L’émergence d’un besoin ou d’un désir
  2. Engagement : Ici, on s’engage dans une décision à savoir si on va assouvir ce désir ou non. C’est le début d’un processus d’action
  3. Contact : C’est la réalisation de notre projet, de notre besoin. Par exemple, quand on mange pour assouvir son appétit. Pour la sexualité, l’orgasme serait même qualifié de plein contact
  4. Désengagement : C’est le dénouement. Ça correspond au moment où l’on se sépare. Ça peut être la fin d’un rendez-vous amoureux, quand on se dit au revoir
  5. Assimilation : Nous digérons l’expérience et pouvons en tirer quelque chose, un apprentissage qui pourra faire évoluer notre personnalité (notre fond).

 

Suite à chaque cycle de contact complété, nous devenons une nouvelle personne. Un processus fluide de création et de destruction de figures implique également une authenticité (agir selon qui on est vraiment, congruence entre nos comportements, aspirations et besoins) et un état de non-dépendance et de liberté (grâce à la phase de désengagement, le besoin finit par être assouvi). Il ne faut pas être l’esclave de ses besoins. Les gens dépendants restent bloqués à la phase de désengagement car pour eux, une séparation constitue une menace.

 

D’autres, dans leur cycle de contact, sont bloqués à la phase d’engagement (ou pré-contact). Ils refoulent ainsi leurs besoins et décident de ne pas agir.

 

Et maintenant une question très intéressante et pertinente : Comment me servir de ce cadre théorique pour améliorer ma vie ?

 

En fait, le but est d’atteindre une grande subjectivité et authenticité. Donc, être en contact avec soi-même et ainsi ne pas se mentir. De plus, la notion de contact avec l’environnement est à considérer car quoi que l’on puisse dire, nos besoins et projets nécessitent d’aller chercher satisfaction dans l’environnement. Il devient important de bien percevoir son environnement pour s’assurer que qu’est-ce que nous allons chercher correspond bel et bien à notre besoin.

 

Un être humain qui a une fluidité de contact vit également dans le moment présent. Quand nous sommes anxieux, le plus souvent, c’est soit que nous pensons au passé ou au futur. Donc, notre imagination (qui ne correspond pas à la réalité objective) devient notre champ de perception, donc devient la principale figure et renvoie dans le fond, en arrière-plan, les autres stimuli de notre environnement. Donc, la peur constitue un obstacle majeur au cycle de contact car quand cette peur devient la principale figure, elle nous éloigne de la réalité et des opportunités disponibles dans l’environnement pour assouvir nos besoins. Quand nous sommes dans notre tête, il y a plein de choses que nous ne pouvons percevoir.

 

De plus, les habiletés de résolution de problèmes sont importantes car il ne peut y avoir un cycle fluide de contact avec l’environnement si nous restons bloqués trop longtemps sur un problème qui nous préoccupe. Il doit y avoir une chaîne correspondant aux étapes du cycle de contact : Prise de conscience, planification d’une action ,action, fin de l’action et assimilation de l’expérience.

 

Beaucoup de sages stipulent que nous devrions avoir comme but principal d’améliorer continuellement notre perception du monde. D’ailleurs, les thérapeutes les plus compétents à mon avis sont ceux qui ont une forte capacité de présence, qui peuvent être en plein contact thérapeutique avec le client. Donc, littéralement, la relation thérapeute-client devient la figure dominante et ainsi, les problèmes personnels / préoccupations du thérapeute doivent rester dans le fond lors des séances

 

Dans mon prochain texte, j’aborderai davantage en profondeur les différentes résistances propres à la gestalt et comment je crois qu’on peut remédier à celles-ci. 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s