Le sexe sans amour, les amis avec “bénéfices” !

Publié: 8 février 2015 dans Comment améliorer sa sexualité, Jalousie, Sexologue Montréal
Tags:,

               En 2015, les relations de type “fuck friend” ou “ami avec privilèges » semblent de plus en plus répandues. Que penser de ce mode relationnel ? Est-ce pour ou contre vos valeurs ? Dans cet article, je vais présenter mon point de vue de sexologue clinicien sur la question.

                Dans ce type de relations, on a souvent deux individus consentants qui souhaitent combler leurs besoins sexuels et ce, sans engagement émotionnel. Jusqu’ici, rien de mal…L’être humain est libre après tout. Toutefois, comme vous vous en doutez, ce type de relation peut devenir dangereux si vous vous attachez trop à votre partenaire sexuel et que ce dernier ne soit pas sur la même longueur d’onde que vous. Il y aurait ainsi un décalage au niveau des attentes de chacun. Voilà une condition essentielle à ne pas briser pour qu’une amitié avec bénéfices fonctionne, c’est-à-dire l’importance d’être sur la même longueur d’onde que son partenaire au niveau du statut de la relation.

                Ce type de relations, malgré ses avantages importants, représente un défi pouvant s’avérer colossal pour quelqu’un manquant de confiance en lui. Comment réagiriez-vous en apprenant que votre amant vous quitte car il est nouvellement en couple avec quelqu’un d’autre ? Je crois qu’il faut en tout temps être prêt à accepter ce scénario si vous considérez ce type de relations sans attache. Justement, il n’y a pas d’attache ! Chaque partenaire garde sa liberté et reste ouvert aux autres options disponibles dans son environnement. Ainsi, il faut éviter de trop s’attacher ou bien de se rabaisser si notre amant met fin à la relation.

                Maintenant, je vous invite à réfléchir à la question suivante : Comment devenons-nous amoureux de quelqu’un ? Ou si vous préférez : Comment TOMBONS-nous en amour ? J’insiste sur le verbe tomber car il implique un lâcher prise, une absence de contrôle. À mon avis, nous sommes amoureux quand passion et affection sont à la fois au rendez-vous et qu’en plus, nous nous laissons aller à ces sentiments plutôt que de tenter de les contrôler. Plus on passe de temps avec quelqu’un, plus on risque de s’attacher et de développer une certaine affection pour cette personne. Ainsi, lorsque vous revoyez régulièrement la même personne dans le but d’avoir des relations sexuelles, vous vous mettez dans une situation potentiellement risquée. Mettons les choses au clair ! L’amour a principalement 3 composantes :

L’intimité relationnelle : Le fait d’avoir une relation profonde avec autrui, de bien se connaître et de s’accepter mutuellement. L’intimité relationnelle s’apparente à une forme d’amitié où du temps de qualité est partagé. Il y a confort et attachement.

Passion : Le fait de vibrer émotionnellement et sexuellement pour quelqu’un. Il y a une forte pulsion ressentie, un fort besoin de décharge. L’attirance physique ressentie et le magnétisme de l’autre peuvent déclencher cette passion.

Engagement : Ici, les deux partenaires prennent la décision de vivre quelque chose ensemble en contemplant une direction commune. La relation devient une priorité pour les deux partenaires. Dans l’engagement, la relation peut même devenir plus importante que les individus en faisant partie !

                Je recommande toujours à mes clients d’être authentiques. Ainsi, si vous ressentez de l’affection, de la passion ou un désir d’engagement, c’est toujours mieux de se l’avouer et d’agir en conséquence. Voilà pourquoi je crois que les relations « fuck friend » sont plus adaptées aux relations où c’est surtout le pôle de la passion qui est développé. Ainsi, mieux vaut éviter le romantisme, les câlins, les cadeaux, les présentations aux amis et à la famille. Sinon, vous risquez de vous retrouver dans une situation où vous allez devoir REFOULER ! Et le refoulement nuit à la fluidité de la vie et du corps tel qu’expliqué dans la gestalt thérapie. Toutefois, vous pouvez faire le choix conscient de vivre une relation de type « amis avec bénéfices » formidable avec quelqu’un en alimentant surtout le pôle de la passion et vous permettre de vous laisser aller à un « plein contact » sexuel, un lâcher prise émotionnel et sexuel. Nous avons tous un animal pulsionnel qui sommeille en nous et ce type de relations peut vraiment s’avérer bénéfique à mon avis mais en gardant en tête les différents enjeux et risques. Dans mon prochain article, je vais parler de l’amour sans sexe !Friends with Benefits

Bonne semaine de la St-Valentin !

commentaires
  1. Article très intéressant. Je l’ai imprimé afin de le montrer à quelques résidents aînés qui pourraient être intéressés.

  2. Anick dit :

    Bonjour monsieur Kirouac. En septembre dernier, j’ai retrouvé un homme que j’ai déjà fréquenté, mais on dirait que le timing était jamais bon pour qu’on se mettre en couple. bref on a fait chacun nos vie et on s’est retrouvés en septembre dernier . Cet homme à tout ce que je veux d’un homme et je suis très bien avec lui. Il est en procédures de divorce/garde partagée de sa plus jeune. Au début, je ne voulais rien savoir d’une relation de couple, je ne faisais plus confiance aux hommes, j’avais trop été blessée. Je voulais vivre pour moi, reprendre ma vie en main , me retrouver une identité. Mais il a été très convaincant suffit qu’on se connaissait déjà et c’est lui qui m’écrivais plusieurs fois par jour tous les jours et qui voulait qu’on se voit tous les jours et il disait que le monde serait jaloux de notre relation, il m’a vraiment bien traité, tout le contraire de ce que j’avais vécu et tout ce que je voulais en fait d’un homme. J’étais au paradis et lui aussi, il était vraiment en amour, il le verbalisait. On était un couple. J’ai rencontré toute sa famille, ses amis/les, tout le monde m’adorent et les liens se sont tissés serrés entre moi,sa mère et ses filles, même à sa grand-mère maternelle et son père. Quand j’étais chez la famille de l’homme, je disais beau-père/ belle-mère, la plus jeune m’appelait maman, je dormir dans la chambre avec lui et ses filles étaient au courant, on m’appelait la brue ou même la petite ou même ma fille adoptive.
    La routine dans un couple c’est donc installée. Mais tout d’un coup il a suffoqué. Certains conflits ont éclaté… Ça m’a déchiré le cœur. J’étais vraiment contente je pensais que j’avais trouvé l’homme de ma vie j’ai 45 ans il en a 42 et tout était parfait. Mais j’ai compris pourquoi il suffoquait on en a parlé beaucoup et je lui ai dit que je respectait ce besoin de recule chez-lui. Il sort d’une relation extrêmement toxique et contrôlant entre il avait perdu toutes ses amis et toutes ses loisirs elle était extrêmement jalouse/possessive/ manipulatrice. Je lui ai donné beaucoup d’espace. On s’était dit qu’on ne verrait personne d’autre, chacun de son côté. Il disait que de toute façon il ne voulait personne d’autre il ne voulait pas de relation de couple . Il faisait ses choses je faisais les miennes, mais on se voyait pratiquement tous les jours, à sa demande et c’est lui qui faisait toujours les premiers pas. L’entourage pensait qu’on était redevenu un couple et moi-même je me sentais comme ça mais je ne disais pas le mot « couple/engagement » parce qu’il ne voulait pas d’engagement, il n’était pas prêt pour une relation à long terme et tous les compte rendu et sacrifices que ça demandait. Mais il était respectueux et fidèle à notre entente du début qui était l’exclusivité intimité sexuelle.
    Pour le temps de Noël, c’est lui qui voulait toujours être avec moi. Puis le jour de sa fête, lorsqu’on s’est levés, après le café du matin, je lui ai demandé pour qu’il réserve sa soirée car je voulais lui faire un souper chez-moi: il habite chez ses parents en attendant, il a ses filles une semaine sur deux, donc il a vraiment besoin de respirer de temps en temps et ça je le comprends très bien. Bref je lui avais demandé de réserver sa soirée pour que je sois avec lui pour sa fête. Il était d’accord. Ensuite, je lui ai demandé s’il avait des projets pour la journée, il m’a dit non, qu’il ne savait pas encore. Comme il ne démontre pas le désir de rester seul, et comme j’adore être dans sa compagnie, je n’ai pas proposé qu’il me ramène chez-moi. et nous avons passer la journée ensemble. Finalement en soirée on est restés chez ses parents et j’ai couché là. Le lendemain, il m’a ramené chez-moi et c’est là qu’il a demandé à « prendre des distances à nouveau ». Il a de la difficulté à date nommer ses besoins. J’étais déboussolée je ne comprenais plus ..Il s’est créé une distance et un froid, il était sur une défensive et il m’a menti en me disant que non, il n’était pas chez une amie et je l’ai su car elle avait mis des photos d’eux sur sa page Facebook et ça m’a fait de la peine parce qu’il ne m’avait jamais menti, pas parce qu’il était chez une amie.

    Il y a eu près d’une semaine d’écart. Il a recommencé à me texter. Mais j’avais de la peine et je lui ai dit que je voulais lui parler en personne.
    Ce soir, à sa demande, il est venu me chercher. Nous nous sommes promenés pendant presque 3 hrs en auto. Nous avons tenté d’éclaircir tout ça. Il m’a vraiment dit que j’étais une amie avec bénéfices. Qu’il pensait pas au future pour l’instant, sauf à régler ses problèmes personnels. Qu’il ne voulait pas rendre de comptes à personne, qu’il voulait être libre, qu’il ne voulait pas de drame, mais qu’il ne voyait personne d’autre de la même façon que moi.
    Que j’étais la seule et que je resterais la seule. Je lui ai dit que tout ce qui se passait ( avant la dernière trêve) j’étais d’accord avec ça, je comprenais. Mais je lui ai demandé de comprendre que pour sa famille ses enfants c’était un peu difficile de se détacher de moi et c’était difficile pour moi de passer du statut de blonde à amie avec bénéfices, il sait que je l’aime mais que je comprends sa situation. Je n’ai personne d’autre en tête en ce moment. C’est lui que je veux et il le sait, mais il est pas capable de prendre tout ce que je veux lui donner pour l’instant. Il me dit que je peux voir qui je veux et que si ça arrivait, si je rencontrais quelqu’un, qu’il ne ferait pas d’histoire et qu’il nous laisserait vivre notre histoire .
    Il m’a même dit que si je couchais avec quelqu’un d’autre, que je n’étais pas obligé de lui dire … qu’il ne voulait pas le savoir…Et que si la relation avec cette personne devenait sérieuse que je devais simplement lui dire.
    Mais que lui ne voulait pas développer avec personne d’autre, ni coucher avec personne d’autre, pour l’instant.
    Par contre, il me demande de ne pas voir mon ancien « ami avec bénéfices », avec qui j’ai simplement une « relation de sexualité avec, car je ne vois personne et vice versa«  et que je n’ai aucun sentiment pour lui, et vice-versa, au contraire de celui de qui je vous parle depuis début.
    Il dit qu’il est pas à l’aise avec ça. Je ne sais pas trop quoi répondre à ça. C’est un peu incohérent … C’est un ami avec bénéfices, je ne le vois pas, car j’etais ou en fréquentation, c’est une règle clair entre nous.
    Mais l’homme que je vois depuis septembre ne veut pas que je parle/voit cet homme.
    Quand il m’a déposé chez-moi ce soir, je ne lui ai pas fait de caresses, ni embrassé. Je suis sortie en lui disant simplement bonne nuit. Quand je suis super indépendante, il me court après. Quand je suis collante/lourde, il se pousse. Je ne l’ai pas texté, quand ce fut le temps pour moi d’aller au lit , comme je l’aurais fait avant. Mais c’est lui qui m’a demandé si j’allais me coucher et qu’est-ce que j’allais faire sinon.
    Il m’a dit ensuite dit qu’il avait du mal à s’endormir et qu’il allait « se soulager en pensant à moi »…

    J’aimerais avoir votre opinion, comment devrais-je agir dans cette situation?
    J’aime cet homme, je ne veux pas le perdre, je veux respecter son besoin d’espace, et même de contrôler un peu la situation … j’espère avoir un avenir avec avec lui, comme ça avait commencé au début…

    • Bonjour Anick, étant donné que vous avez développé des sentiments profonds pour lui, il sera difficile pour vous d’accepter l’entente qu’il vous propose. Comme je le mentionne dans mon article, il faut vraiment être sur la même longueur d’onde que l’autre pour qu’une telle relation puisse fonctionner. C’est parfois difficile de se l’avouer…je sais. Vous avez déjà fait un pas en avant en prenant une distance dans cette relation. Peut-être repensez à vos besoins avant que vous le rencontriez (vivre pour vous, reprendre votre vie en main, clarifier votre identité, etc…)

Répondre à Anne-Michèle Lévesque Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s