Le désir sexuel, une question de vitalité et de polarité

Publié: 31 octobre 2012 dans Comment améliorer sa sexualité, Sexologue Montréal
Tags:, ,

Beaucoup consultent un sexologue car ils manquent de désir sexuel. Parfois, la baisse de désir constitue le symptôme d’une relation de couple dysfonctionnelle mais souvent, c’est la manière-d’être-au-monde du sujet qui l’amène à ne plus ressentir de désir.

Dans son état naturel, l’humain est censé désirer l’autre afin de se reproduire. Toutefois, certains sentent que la partie sexuelle en eux est morte. Le désir sexuel résulte le plus souvent de la profondeur de notre identité sexuelle. Qui suis-je ? Je suis un mari, un père, une personne, un frère, un professionnel, un étudiant ou un homme, un être sexué ? Dans leur conception du monde, beaucoup voient les gens comme des personnes et non comme des êtres sexués, ce qui résulte de la manière dont ils se voient eux-mêmes. D’autres se définissent strictement dans leur rôle de mère ou de professionnel par exemple et laissent de côté leur « self » sexuel. Chaque personne peut se définir selon différents rôles sociaux mais chacun a au fond de lui un être sexuel voulant ressentir, exprimer et combler son désir sexuel.

Désirer, dans un sens plus large, c’est également se sentir vivant. Malheureusement, beaucoup deviennent aliénés d’eux-mêmes…existant dans le paraître, l’avoir ou le faire et non dans l’être. Pour désirer, il faut se sentir et habiter son corps. Vivre, c’est ressentir et ne pas seulement intellectualiser. Des futurs articles traiteront du thème du corps et de l’approche sexocorporelle.

Désirer, c’est également se sentir pleinement femme ou pleinement homme. Désirer, c’est habiter son genre et sa sexualité. Il faut distinguer « désir de l’autre » et le « besoin de l’autre ». Dans le besoin de l’autre, nous sommes l’objet du désir de celui-ci. Notre sentiment de valeur dépend de la présence de l’autre. Voici un exemple représentant la manifestation du désir sexuel véritable:

Jean rencontre Marie. En voyant Marie dans sa robe, Jean ressent du désir. Il se sent ainsi davantage masculin. Sa masculinité se dégage dans sa manière-d’être ce qui suscite le désir de Marie. Ainsi, Marie se sent davantage féminine en habitant son désir. Jean est sensible à la féminité de sa partenaire, ce qui fait augmenter son désir et le fait sentir encore davantage masculin !

Le désir engendre le désir !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s