Articles Tagués ‘desir sexuel’

Pornographie

https://pierrekirouacconsultant.com/2019/05/31/les-plus-importants-facteurs-associes-a-la-consommation-compulsive-de-pornographie/

https://pierrekirouacconsultant.com/2018/12/24/lambivalence-appliquee-a-la-consommation-de-pornographie/

https://pierrekirouacconsultant.com/2018/11/28/le-boulet-pornographique-reconnaitre-les-situations-a-risque/

https://pierrekirouacconsultant.com/2018/03/25/a-partir-de-quel-moment-mon-utilisation-de-pornographie-est-elle-problematique/

https://pierrekirouacconsultant.com/2018/02/26/differents-visages-de-la-dependance-sexuelle/

https://pierrekirouacconsultant.com/2018/01/23/1001-mauvaises-raisons-pour-consommer-de-la-pornographie/

https://pierrekirouacconsultant.com/2016/12/07/une-nouvelle-approche-pour-guerir-dune-dependance-a-la-pornographie/

https://pierrekirouacconsultant.com/2016/11/10/evitement-et-eloignement-relationnel-des-consommateurs-de-pornographie/

https://pierrekirouacconsultant.com/2016/10/30/motivations-et-emotions-des-consommateurs-de-pornographie/

https://pierrekirouacconsultant.com/2015/05/30/en-finir-une-fois-pour-toutes-avec-la-pornographie/

https://pierrekirouacconsultant.com/2014/02/16/dependance-pornographie/

 

 

Désir sexuel

https://pierrekirouacconsultant.com/2018/08/26/differents-sens-au-manque-de-desir-sexuel/

https://pierrekirouacconsultant.com/2018/06/22/respecter-son-appetit-sexuel/

https://pierrekirouacconsultant.com/2017/03/19/facteur-x-la-desirabilite/

https://pierrekirouacconsultant.com/2017/02/10/facteur-y-lagressivite-phallique/

https://pierrekirouacconsultant.com/2015/10/21/trois-nuances-derotisme-la-source-de-notre-etre-sexuel/

https://pierrekirouacconsultant.com/2012/10/31/augmenter-desir-sexuel/

 

 

 

Couple

https://pierrekirouacconsultant.com/2018/09/29/etre-seul-tout-en-etant-avec-lautre/

https://pierrekirouacconsultant.com/2017/07/30/choisir-ses-batailles-dans-son-couple/

https://pierrekirouacconsultant.com/2017/04/30/transparence-et-authenticite-2-piliers-essentiels-pour-le-couple/

https://pierrekirouacconsultant.com/2016/04/21/les-piliers-du-couple-une-saine-gestion-des-conflits-33/

https://pierrekirouacconsultant.com/2016/04/03/les-piliers-du-couple-la-compatibilite-sexuelle-23/

https://pierrekirouacconsultant.com/2016/03/16/les-piliers-du-couple-lengagement-13/

https://pierrekirouacconsultant.com/2016/02/13/apprendre-a-mieux-communiquer-en-couple/

https://pierrekirouacconsultant.com/2015/11/06/limportance-des-regles-dans-le-couple/

https://pierrekirouacconsultant.com/2015/09/13/mon-couple-est-en-train-de-perir-que-faire/

https://pierrekirouacconsultant.com/2015/04/09/communication-couple/

https://pierrekirouacconsultant.com/2014/10/26/jalousie/

https://pierrekirouacconsultant.com/2014/10/07/jalousie-2/

https://pierrekirouacconsultant.com/2014/09/26/jalousie-3/

 

 

 

Séduction

https://pierrekirouacconsultant.com/2018/07/25/le-mythe-des-techniques-de-seduction/

https://pierrekirouacconsultant.com/2014/12/05/seduction/

https://pierrekirouacconsultant.com/2014/11/21/seduction-2/

https://pierrekirouacconsultant.com/2014/11/11/seduction-3/

https://pierrekirouacconsultant.com/2012/11/20/body-language/

 

 

Approche humaniste existentielle

https://pierrekirouacconsultant.com/2017/10/29/la-liberte-interieure-vers-une-analyse-plus-profonde-du-bien-etre/

https://pierrekirouacconsultant.com/2017/09/30/les-differents-freins-de-la-liberte/

https://pierrekirouacconsultant.com/2017/08/29/comment-se-liberer-de-lennui-existentiel/

https://pierrekirouacconsultant.com/2017/01/08/une-vie-alignee-sur-ses-sentiments-et-valeurs/

https://pierrekirouacconsultant.com/2016/01/05/limportance-dassumer/

https://pierrekirouacconsultant.com/2015/11/21/la-presence-sexuelle/

https://pierrekirouacconsultant.com/2015/10/04/limportance-de-la-creativite/

https://pierrekirouacconsultant.com/2014/12/15/plaisir-sexuel/

https://pierrekirouacconsultant.com/2014/09/15/jalousie-4/

 

Gestalt

https://pierrekirouacconsultant.com/2014/01/08/gestalt/

https://pierrekirouacconsultant.com/2013/12/22/gestalt-2/

https://pierrekirouacconsultant.com/2013/12/07/gestalt-3/

 

 

Publicités

Aujourd’hui, je vais vous présenter différents exemples de ce qui peut expliquer une baisse de désir dans le couple. Je précise que chaque personne est unique et que si vous vivez un manque de désir, ça ne veut pas dire forcément que c’est causé par l’une des raisons présentées dans cet article.

 

Une dynamique de couple dysfonctionnelle

Ici, c’est le cas classique. Le couple ne fonctionne pas et n’arrive pas à bien communiquer (se dire les vraies choses). Souvent, nous pouvons constater un partenaire qui évite de faire des avances à son conjoint par peur d’être rejeté. Dans d’autres cas, nous pouvons voir quelqu’un faire semblant de ne pas voir l’initiative sexuelle de l’autre. Certains n’arrivent pas à verbaliser leurs insatisfactions sexuelles ou leurs attentes/fantasmes. Ça prend une grande confiance en soi et une grande tolérance à l’anxiété d’aller plus loin au niveau du dévoilement de soi. Ce type de mécanisme mène à une stagnation dans la vie sexuelle du couple qui en même temps peut représenter une zone confortable pour certains. Il est sécurisant de rester au même endroit et de ne pas devoir se remettre en question !

Le manque de vitalité

Parfois, le problème est surtout attribuable à une dynamique individuelle (plutôt qu’une dynamique de couple). Certains individus s’ennuient dans leur vie et portent en eux un malaise existentiel. Ils se sentent « mort en dedans » ou pas suffisamment vivant. Ici, il y a souvent un manque de contact avec sa subjectivité, avec qui l’on est vraiment. L’être humain affecté par un ennui existentiel a plutôt tendance à vivre selon les attentes de son environnement. Pour pouvoir ressentir du désir sexuel, il faut être connecté avec soi ! Je peux ajouter aussi que le fait d’être affecté par une dépression aura certainement un impact sur le niveau de désir sexuel tout comme parfois la prise d’antidépresseurs qui y est associée.

 Difficultés d’engagement

Ici, c’est une raison qui est un peu moins explorée à mon avis sur la question du manque de désir. Pourtant, il y a parfois des situations où le désir sexuel est ressenti mais il y a un blocage au niveau de l’expression de celui-ci. Par exemple, un homme pourra avoir une érection lorsqu’il embrasse sa femme mais il sera réticent à « faire l’effort » pour que cela évolue vers une relation sexuelle complète. Ici, c’est davantage la problématique du manque d’engagement qui doit être travaillée et explorée. Pourquoi ? Car une personne qui n’est pas suffisamment engagée aura du mal à faire des efforts ou rester ancrée dans tout processus à long terme. S’engager, c’est faire passer ses valeurs et ses sentiments authentiques avant le besoin de gratification immédiate et de facilité. Dans la vie, il faut souvent faire des efforts, tolérer un inconfort à court terme et savourer des gains sur le long terme en résultant. Je ne dis pas qu’il faut « se forcer » pour avoir des relations sexuelles lorsque nous sommes bloqués dans une dynamique de couple où la fréquence est très faible. Par contre, il faut au moins briser la glace, tolérer que ce ne soit pas naturel et se dire que l’appétit vient en mangeant ! Souvent, je vois des gens qui me disent qu’ils sont très satisfaits de la sexualité dans leur couple mais pourtant admettent manquer de « drive sexuelle » !

Voilà ! En espérant que cette chronique ait pu vous inspirer si cette problématique s’avère une préoccupation pour vous.

manque libido

Beaucoup de gens vont comparer la nourriture à la sexualité et avec raison. Dans les deux cas, nos sens sont éveillés et nous ressentons du plaisir. Hélas, dans chaque domaine, le plaisir peut se transformer en déplaisir ! Voici pourquoi je vous partage aujourd’hui ma vision quant à la notion d’appétit sexuel.

                On entend parfois l’expression « respectez votre appétit » mais qu’est-ce que ça veut dire au juste ? Ça signifie de manger tant que l’on ressent la faim et d’arrêter une fois l’état de satiété atteint. Qui mange vraiment en respectant sa faim ? J’estimerais que ce n’est pas la majorité des gens et ce, pour différentes raisons : manque de ressources, troubles alimentaires, gourmandise, « manger ses émotions », etc… La plupart d’entre nous a déjà un jour trop mangé et a pu constater que le plaisir de manger quelque chose qu’on aime pouvait se transformer en problématiques digestives et donc en déplaisir !

                Ici, je n’ai pas l’intention de parler strictement de bouffe. Comme vous le savez, je suis sexologue et pas un nutritionniste. Je voulais simplement mieux vous illustrer le parallèle qu’on peut faire entre l’appétit pour la nourriture et la libido (appétit sexuel).

                Beaucoup d’hommes vont me poser des questions par rapport à la masturbation, notamment la fréquence idéale pour le faire. Je leur réponds à chaque fois : « Respectez votre appétit sexuel ». Pour être plus précis, je dis aux gens d’écouter les signaux que leur envoie leur corps. Si vous êtes déjà en érection par exemple, ça signifie qu’il y a un besoin sexuel et donc que vous avez « faim sexuellement ». Par contre, si votre pénis est flaccide et que vous vous demandez si c’est une bonne chose de se masturber, la réalité est que fort probablement, vous n’avez pas faim (à part pour les gens ayant une dysfonction érectile de cause physique). Certaines personnes se masturbant beaucoup vont dire qu’ils le font si fréquemment car ils ont une forte libido. Dans quelques cas, c’est vrai mais dans d’autres, il y a plutôt présence de compulsion sexuelle ou d’utilisation de la sexualité à des fins défensives ou compensatoires. Comme quelqu’un qui mange ses émotions suite à une journée difficile, certains s’évaderont devant des vidéos pornographiques pour oublier leurs problèmes. Ici, nous ne faisons pas face à quelqu’un qui se comporte ainsi à cause d’une forte libido mais plutôt à quelqu’un qui est dans une dynamique de compulsion sexuelle. Demandez-vous la question : « Quelle est mon intention derrière mon initiative sexuelle ? » Est-ce dicté par un besoin corporel ou un besoin plus psychologique ? Une telle introspection vous permettra de mieux vous connaître sur le plan sexuel et plus spécifiquement par rapport à la notion d’appétit sexuel.

                À l’inverse, certains auront plutôt tendance à refouler leurs besoins sexuels. Ici, nous faisons face à un trouble du désir. Ces gens ne seront donc pas vraiment en contact avec leur corps étant donné le mécanisme de refoulement. Ici, le processus de prise de conscience s’avère plus difficile étant donné que le refoulement est très souvent un processus inconscient. L’idéal est donc de ne pas aller dans l’excès de sexualité (compulsion), ni dans la privation de sexualité (refoulement ou interdits sexuels).

En espérant que cet article ait pu vous inspirer !

obsession sexuelle

Suite à mon article abordant l’agressivité phallique, je me pencherai maintenant sur la notion de désirabilité qui touche généralement les femmes.  Qu’est-ce que la désirabilité ? C’est le sentiment d’être désirée par autrui, d’être convoitée sexuellement. On entend souvent dire que les femmes ont besoin de se sentir désirées, ce qui concorde avec ce concept.

                Dans une relation sexuelle, il y a souvent une polarité où agressivité phallique et désirabilité s’affirment. L’homme exprimant avec confiance son désir mettra plus facilement une femme en contact avec sa désirabilité, avec sa féminité. Plus la femme dégagera de féminité, plus l’homme se sentira attiré par celle-ci et plus, à son tour, il se sentira masculin. Derrière la notion de désirabilité se cache un certain exhibitionnisme et narcissisme sain. Il est toujours mieux d’avoir une image corporelle positive que négative. Un individu qui est beaucoup dans la désirabilité aime « se montrer » et se mettre en valeur. La désirabilité constitue une arme de séduction assez puissante qui viendra surtout impacter les gens dont leur érotisme et désir est activité par le « voir ».

                Il est intéressant de constater à quel point les compagnies de vêtement, maquillage et produits de beauté font énormément d’argent. Le rationnel derrière cette réalité est que les gens savent qu’en se sentant davantage désirables, ils sont dans une meilleure mesure d’attirer un partenaire sexuel. Dans l’autre camp, celui de l’agressivité phallique (facteur Y), nous voyons beaucoup d’hommes qui se préoccupent de leur taux de testostérone et qui cherchent à l’augmenter. D’autres garçons vont aussi chercher plusieurs façons d’augmenter leur confiance en soi ou habiletés à séduire les femmes. Le marché du coaching en séduction est réel.

                Dans ma pratique clinique, je ne peux pas passer à côté du concept de désirabilité. Par exemple, si un couple me consulte car l’homme manque de désir sexuel, la conjointe en sera grandement impactée. Cela n’est pas seulement causé par un éloignement relationnel mais aussi par une impression de ne pas être « désirable » pour son partenaire ce qui fait très mal…Cette réalité s’observe également chez les couples homosexuels quand l’un des partenaires a davantage de désir que l’autre. Comme plan d’intervention, le sexologue doit donc à la fois proposer des avenues pour augmenter l’agressivité phallique et la désirabilité. L’homme sera ainsi encouragé à prendre des risques, séduire par le toucher et le regard, initier les relations sexuelles, se concentrer sur ce qui l’excite chez sa partenaire….La femme sera encouragée à prendre soin d’elle, à se trouver belle, à avoir confiance en elle, à réduire son besoin d’approbation. En augmentant la confiance en soi de chaque partenaire, selon que ce soit l’agressivité phallique ou la désirabilité, nous aidons le couple à se rejoindre à nouveau.

                Je tiens à préciser que les termes « homme » ou « femme » sont utilisés seulement à fins d’exemple car parfois, nous voyons des couples ou la femme est davantage en position d’agressivité phallique et où l’homme est surtout dans une dynamique de désirabilité. Il faut bien sûr éviter les généralisations. En guise de conclusion, j’encourage chacun à s’interroger sur son rapport à l’agressivité phallique et la désirabilité afin de mieux se connaître.

narcisse

On entend souvent parler de masculinité et de féminité. Qu’en est-il vraiment ? Plusieurs conceptions existent. Alors que certaines s’avèrent rigides, d’autres sont plus souples. Aujourd’hui, je vais vous présenter une façon de comprendre la masculinité qui est inspirée de la sexoanalyse.

                Dans un premier temps, l’agressivité phallique ne rime pas avec violence. Il n’est pas question de manquer de respect envers les femmes ou de les maltraiter. Le pénis (phallus) est ici vu comme un symbole d’affirmation de soi. Un homme qui fait preuve d’agressivité phallique est un homme qui s’affirme et qui est confiant dans sa sexualité. Il y a une dynamique de « Aller vers » la femme qui est assez forte. Voici 2 exemples illustrant deux approches complètement différentes en matière de séduction :

  • Robert a 30 ans et est célibataire. Il apprécie les soirées de tango et cherche à y rencontrer des femmes. Il n’est pas particulièrement beau, a quelques kilos en trop mais il dégage une énergie très masculine. Il n’hésite pas à aborder plusieurs femmes dans le but de les inviter à danser. Parfois, ses invitations sont refusées mais ça ne le dérange aucunement. Lorsqu’il danse avec une femme, il utilise beaucoup son regard et sa capacité à toucher la femme avec confiance.

 

  • Victor a 27 ans et est aussi célibataire. Il est adepte de musculation et se qualifie de métrosexuel. Il fait énormément attention à son apparence. Pour rencontrer des femmes, il aime publier plusieurs photos de lui sur Instagram dans le but qu’on le remarque. Sa stratégie est d’être le plus beau possible, le mieux habillé et coiffé possible. Il se sent confiant quand il sent que la femme le trouve beau. Généralement, il aborde peu ou pas les femmes et préfère que l’autre fasse le premier pas.

 

Lequel entre Robert et Victor fait preuve d’une plus grande agressivité phallique ? La réponse est assez claire. C’est Robert et de loin ! Je tiens à préciser qu’il n’est pas nécessairement mieux que Victor mais seulement que sa manière d’être correspond à l’idée d’agressivité phallique et de confiance en soi. Voici plusieurs autres caractéristiques associées à la masculinité (agressivité phallique) selon ce modèle : ambition, détermination, persévérance, conviction, force, passion. Un homme qui est dans sa polarité masculine n’hésite pas et fonce vers ce qu’il veut, tant dans sa sexualité que dans la vie en général. Les femmes répondent souvent mieux aux hommes confiants qui hésitent peu. Elles disent trouver ça davantage masculin. Dans leurs relations sexuelles,  l’agressivité phallique se traduit par une expression de force, désir, puissance et animalité. Il y a ici beaucoup d’authenticité et de laisser aller. L’homme exprime ici son grand désir envers la femme.

                Le concept d’agressivité phallique s’applique aussi bien aux couples homosexuels. Par exemple, l’homme qui pénètre son partenaire sera dans une position où il y a expression d’agressivité phallique. Chaque homme ou femme a en lui à la fois des traits masculins et féminins. Une femme peut aussi faire preuve d’agressivité phallique dans sa vie.

                Au niveau davantage sociologique, il s’avère intéressant de noter certains changements au Québec. Beaucoup plus de femmes occupent maintenant de hauts postes de gestion et se définissent comme « carriéristes ». De plus, nous voyons maintenant beaucoup d’hommes investir leur corps soit en s’adonnant très fréquemment à la musculation ou bien en s’achetant beaucoup de vêtements dans un souci de plaire aux autres. Certains vont jusqu’à se mettre du fond de teint ou se faire des manucures.  La femme semble donc plus masculine qu’avant et l’homme tend à se féminiser (selon la définition de la masculinité/féminité véhiculée par la sexoanalyse).

                En guise de conclusion, ce concept impacte significativement les codes d’attraction sexuelle. Certains clients me disent par exemple être attirés par les hommes masculins, d’autres par les femmes masculines. La dimension de l’orientation genrale est intéressante (homogenralité vs hétérogenralité). En séduction, êtes-vous surtout du type à foncer et chasser ou bien à vous faire beau/belle et attendre qu’on vous remarque ? Mon prochain article traitera du facteur X : la désirabilité.

homme

 

Bonjour,

Nous entendons souvent parler de performance sexuelle mais peu de présence sexuelle. Qu’est-ce que la présence sexuelle ? Je dirais que c’est notre capacité à vivre pleinement nos relations sexuelles, à les savourer avec tous nos sens, à connecter avec son ou sa partenaire. À mon avis, une relation sexuelle satisfaisante constitue un échange où les deux sont pleinement présents. Ce n’est pas une compétition où l’on doit performer, impressionner l’autre…

Maintenant, je vais aborder la présence sexuelle en me servant de concepts propres à la gestalt thérapie. Toute relation sexuelle constitue un « cycle de contact » si l’on veut…Il y a pré-contact (émergence du désir), engagement (décision d’assouvir ce désir),contact (relation sexuelle comme telle), plein contact (orgasme), désengagement (fin de la relation sexuelle) et assimilation de l’expérience où nous devenons en quelque sorte enrichi par celle-ci. Un être bien dans sa peau entretient un bon contact avec lui-même, les autres et son environnement. Au niveau sexuel, la connexion à soi s’avère indispensable. La sexualité est tellement mieux quand on ressent toutes les caresses de notre partenaire (sens du toucher), quand on s’extasie devant sa beauté (vue), quand on se laisse bercer ou exciter par ce qu’il nous chuchote à l’oreille (ouïe), à embrasser, mordiller, lécher le corps de celui-ci (plaisir de la bouche) à s’enivrer également par son odeur. Mais la sexualité va au-delà des cinq sens. Quelqu’un de pleinement présent dans sa sexualité va vivre une communion à la fois spirituelle (esprit), émotionnelle (cœur) et sexuelle (organes génitaux) avec son ou sa partenaire :

Communion spirituelle : Expérience riche de sens difficile à définir en termes rationnels. On est dans l’ordre du transcendant.

Communion émotionnelle : C’est ressentir une intensité dans l’amour, la tendresse et l’affection. Voilà pourquoi le sexe est meilleur quand nous sommes amoureux

Communion sexuelle : Pour l’homme, c’est pleinement exprimer sa puissance phallique tandis que pour la femme, c’est s’abandonner au plaisir d’être pénétrée. La communion sexuelle s’applique aussi aux relations homosexuelles mais de façon différente.

Ainsi, la relation sexuelle devient une expérience multidimensionnelle qui implique un grand lâcher-prise. Toute perte de contact avec ses sensations ou avec l’autre viendra entraver la satisfaction sexuelle. Par exemple, si vous êtes anxieux ou que vous avez peur d’être jugé par votre partenaire, il y aura une certaine perte de présence sexuelle car vous serez dans votre tête, dans vos pensées. Les gens satisfaits sexuellement voient une large gamme de sensations occuper leur champ de perception (figure dominante selon la gestalt) et renvoient leurs préoccupations et anxiétés dans le fond (absents du champ de perception). Au contraire, les individus affectés par des blocages sexuels voient un trop grand flux de pensées prendre de la place dans leur champ de perception, ce qui limite l’expérience sensorielle (renvoie une partie des sensations dans le fond). La figure dominante constitue ainsi des pensées et des préoccupations et le corps réagira en se crispant, en étant tendu, en résistant au plaisir…Certains de ses blocages sont conscients alors que d’autres sont inconscients.

                Pour conclure, je dirais que pour apprécier pleinement votre sexualité, vous devez vous connecter à votre corps et à votre cœur tout en vous distanciant de votre « mental » comme expliqué dans le livre « Le pouvoir du moment présent » de Tolle. Deuxièmement, il peut s’avérer pertinent de connaître la source de vos blocages, de vos résistances. Finalement, tel qu’expliqué dans mon livre l’Essentiel, être bien avec soi-même et être bien avec son partenaire constituent des facteurs qu’on pourrait qualifier d’essentiels!!

                Si ce texte suscite pour vous certains questionnements, sentez-vous libres de vous exprimer sur ce blog ou de m’envoyer un courriel. Au plaisir !

transcendance

 

Voici larticle

Qu’en pensez-vous ?