Archives de la catégorie ‘Séduire’

Suite à mon article abordant l’agressivité phallique, je me pencherai maintenant sur la notion de désirabilité qui touche généralement les femmes.  Qu’est-ce que la désirabilité ? C’est le sentiment d’être désirée par autrui, d’être convoitée sexuellement. On entend souvent dire que les femmes ont besoin de se sentir désirées, ce qui concorde avec ce concept.

                Dans une relation sexuelle, il y a souvent une polarité où agressivité phallique et désirabilité s’affirment. L’homme exprimant avec confiance son désir mettra plus facilement une femme en contact avec sa désirabilité, avec sa féminité. Plus la femme dégagera de féminité, plus l’homme se sentira attiré par celle-ci et plus, à son tour, il se sentira masculin. Derrière la notion de désirabilité se cache un certain exhibitionnisme et narcissisme sain. Il est toujours mieux d’avoir une image corporelle positive que négative. Un individu qui est beaucoup dans la désirabilité aime « se montrer » et se mettre en valeur. La désirabilité constitue une arme de séduction assez puissante qui viendra surtout impacter les gens dont leur érotisme et désir est activité par le « voir ».

                Il est intéressant de constater à quel point les compagnies de vêtement, maquillage et produits de beauté font énormément d’argent. Le rationnel derrière cette réalité est que les gens savent qu’en se sentant davantage désirables, ils sont dans une meilleure mesure d’attirer un partenaire sexuel. Dans l’autre camp, celui de l’agressivité phallique (facteur Y), nous voyons beaucoup d’hommes qui se préoccupent de leur taux de testostérone et qui cherchent à l’augmenter. D’autres garçons vont aussi chercher plusieurs façons d’augmenter leur confiance en soi ou habiletés à séduire les femmes. Le marché du coaching en séduction est réel.

                Dans ma pratique clinique, je ne peux pas passer à côté du concept de désirabilité. Par exemple, si un couple me consulte car l’homme manque de désir sexuel, la conjointe en sera grandement impactée. Cela n’est pas seulement causé par un éloignement relationnel mais aussi par une impression de ne pas être « désirable » pour son partenaire ce qui fait très mal…Cette réalité s’observe également chez les couples homosexuels quand l’un des partenaires a davantage de désir que l’autre. Comme plan d’intervention, le sexologue doit donc à la fois proposer des avenues pour augmenter l’agressivité phallique et la désirabilité. L’homme sera ainsi encouragé à prendre des risques, séduire par le toucher et le regard, initier les relations sexuelles, se concentrer sur ce qui l’excite chez sa partenaire….La femme sera encouragée à prendre soin d’elle, à se trouver belle, à avoir confiance en elle, à réduire son besoin d’approbation. En augmentant la confiance en soi de chaque partenaire, selon que ce soit l’agressivité phallique ou la désirabilité, nous aidons le couple à se rejoindre à nouveau.

                Je tiens à préciser que les termes « homme » ou « femme » sont utilisés seulement à fins d’exemple car parfois, nous voyons des couples ou la femme est davantage en position d’agressivité phallique et où l’homme est surtout dans une dynamique de désirabilité. Il faut bien sûr éviter les généralisations. En guise de conclusion, j’encourage chacun à s’interroger sur son rapport à l’agressivité phallique et la désirabilité afin de mieux se connaître.

narcisse

Publicités

Bonjour,

Dernièrement, beaucoup ont pu visionner le documentaire « L’amour au temps du numérique » réalisé par Sophie Lambert sur les ondes de Télé-Québec. Vous pouvez revoir les deux parties en cliquant sur le lien suivant : http://www.telequebec.tv/documentaire/l-amour-au-temps-du-numerique/

Ce documentaire a suscité beaucoup de réactions et on pourrait même dire qu’il a créé une certaine controverse. Quoi en penser ? Ici, en tant que sexologue clinicien et psychothérapeute, je vais vous dévoiler ma vision de ce documentaire.

Contenu qui a de l’impact

J’ai écouté les deux émissions une à la suite de l’autre. Honnêtement, j’étais extrêmement intéressé par le contenu. Il est présenté de façon à susciter l’intérêt. Nous pouvons y voir plusieurs cas intéressants : une jeune fille enceinte qui ne sait pas qui est le père de son enfant (celle-ci a couché avec 104 hommes), un jeune homosexuel collectionnant les « like » sur Instagram, un jeune homme correspondant parfaitement au stéréotype du « douchebag » et qui est fier de l’être…Est-ce que le but de Sophie Lambert était de choquer les gens, de créer une bonne source de divertissement tel un émission de télé-réalité ou plutôt de peindre un portrait réaliste de la vie amoureuse des jeunes de 18-25 ans ? Je crois qu’elle avait à la fois ces trois intentions mais ce qui vient surtout à l’esprit, c’est le fait incontestable que l’échantillon de jeunes choisi dans son documentaire n’est pas représentatif de la majorité des jeunes de 18-25 ans. Donc, il faut vraiment prendre le tout avec un grain de sel. Toutefois, certains thèmes qui y sont présentés méritent sérieusement qu’on s’y penche…

Les nouveaux modèles de relation

                Nous sommes maintenant en 2015 (en 2016 dans quelques semaines) et le modèle du couple monogame traditionnel semble perdre progressivement de la place chez les jeunes. Certains parleront maintenant de « fuck friend », d’ « amis avec bénéfices », d’ « amis modernes », de couples ouverts, etc…Où se situer là-dedans ? Stef, un jeune homme figurant dans le documentaire, dit que maintenant les relations c’est comme un jeu où le premier qui s’attache à l’autre perd ! Phrase assez choquante ! Personnellement, je ne vois rien de mal aux relations de type « amis avec bénéfices ». J’avais d’ailleurs écrit un article à ce sujet ici. N’oublions pas que le terme « amis » figure dans « amis avec bénéfices » ou « ami santé » comme diront certains. Donc, à la base, nous avons une relation d’amitié mais avec certains bénéfices sexuels accordés. On pourrait même voir ça comme un avantage car il y a un élargissement des expériences possibles avec son partenaire. Toutefois, le problème, c’est que beaucoup de jeunes ne sont pas suffisamment solides au niveau de leur identité pour bien vivre ce type de relations. Il ne faut pas non plus voir ce type de relations comme un jeu où l’un gagne et l’autre perd. Respect, maturité et transparence sont de mise ici…Cela permettra de respecter l’entente établie avec son partenaire par rapport à la nature de la relation. Dans le documentaire, nous voyons des jeunes qui expérimentent mais qui n’appliquent pas certains principes importants. Je pense entre autres au jeune homme qui n’avait pas avoué avoir couché avec une autre fille à sa partenaire avec laquelle il évolue dans un couple ouvert. Donc, au final, nous devons conscientiser un élargissement des modèles relationnels possibles dans la société, et ce, à la fois pour les plus vieux ! Le monde évolue constamment !

Être vs paraître

En visionnant le documentaire, j’ai été quelque peu choqué par toute la superficialité qui y est présentée. Nous voyons des jeunes qui se valorisent selon le nombre de « likes » qu’ils obtiennent sur Instagram ou le nombre de partenaires sexuels qu’ils ont eu…Il y a survalorisation du paraître et une sous-évaluation colossale de l’être. En fait, ce que le documentaire a oublié de mentionner, c’est que ce ne sont pas tous les jeunes qui sont comme ça ! Loin de là ! Cela représente davantage le portrait d’une sous-culture ! Pensons entre autres à Stef qui travaille comme barman ou la jeune fille qui fait de la promo pour vendre des événements. Je n’insinue pas que tous les gens travaillant dans ces milieux sont trop superficiels mais si nous sommes réalistes, nous pouvons constater l’importance du « paraître » dans ces domaines. Le problème, en vivant uniquement dans le « paraître », c’est que nous laissons énormément de pouvoir à l’opinion que les autres ont de nous. Nous devenons également super exigeants envers notre apparence physique et ce, en effectuant des sacrifices et au détriment d’activités plus plaisantes. En vivant dans le « paraître », nous n’apprenons pas non plus à nous connaître vraiment et à connaître vraiment l’autre dans toutes ces dimensions. D’ailleurs, c’est l’un des principaux problèmes sur les sites de  rencontres….Beaucoup vont juger uniquement les photos pour évaluer les candidats potentiels. Toutefois, il est possible que certains ne soient pas photogéniques mais que par contre, leur charisme et leur magnétisme peut être très fort ! Cela ne peut être perçu sur Internet…Je tiens à ajouter aussi que le fait que les gens trop axés vers le « paraître » se connaissent peu et cela les rend encore moins aptes à vivre des relations intimes, que ce soit des relations du type « amis avec bénéfices » ou des relations de couple davantage traditionnelles. À mon avis, ils sont condamnés à vivre un scénario répété d’échecs jusqu’à temps qu’émerge chez eux une prise de conscience.

Avoir 1000 amis virtuels mais être seul  

Ce qu’on constate à travers ce reportage, c’est que ces jeunes aspirent pour la plupart à trouver l’amour et fonder une famille. Il y a donc un décalage important entre ce qu’ils font et ce qu’ils veulent vraiment (je fais référence ici aux jeunes présentés dans le documentaire). Au fond d’eux-mêmes, ils se sentent seuls car leur amant est parti une fois la relation sexuelle terminée. Ils vivent ce que j’appelle de la solitude émotionnelle car ils ont pour la plupart un bon réseau social. Cette solitude émotionnelle est causée par une incapacité à se révéler aux autres tels qu’ils le sont vraiment, ceux-ci étant surtout dans le « paraître » et ayant du mal à se montrer vulnérables. Ils se déconnectent ainsi d’eux-mêmes et des autres, ce qu’ils font qu’ils se sentiront seuls d’un point de vue émotif. En regardant l’émission, certains jeunes me donnaient l’impression d’utiliser les autres pour gonfler leur égo. Il y aurait ici surcompensation pour nourrir une estime de soi fragile.

Ici et maintenant !

Finalement, je retiens la notion de gratification immédiate présentée dans le reportage. Avec les nouvelles applications de téléphones intelligents, les gens peuvent maintenant trouver un partenaire sexuel potentiel dans un rayon de X kilomètres ! Il y a donc moyen d’établir quelle est la personne la plus près de soi qui elle aussi voudrait avoir des relations sexuelles. Je fais surtout référence ici à l’application Grindr. J’admets qu’il s’avère pratique de pouvoir assouvir ses besoins avec un minimum d’efforts mais encore une fois, la conséquence est qu’on n’apprend pas vraiment à connaître l’autre. On se sert plutôt de lui pour assouvir ses besoins ou encore l’ajouter à notre tableau de chasse et se valoriser. S’il devient trop facile de rencontrer, cela peut devenir facilement un comportement compulsif qui fera en sorte que les gens en deviendront dépendants ! Dans le documentaire, Stevo utilisait justement les sites de rencontre mais il voulait simplement rencontrer quelqu’un dans le but de prendre un café. Les gars qu’il a contactés voulaient quant à eux strictement des relations sexuelles…

Mot de la fin

En guise de conclusion, je crois qu’il n’est pas mal de ne pas vouloir s’engager et de profiter de son célibat. Toutefois, l’être humain a aussi besoin d’évoluer et de se connecter aux autres. Pour y arriver, il doit se libérer de la survalorisation du « paraître », prendre le temps de se connaître soi en faisant de l’introspection et prendre le temps de connaître l’autre. L’humain doit accepter de prendre le risque de se montrer vulnérable et de s’attacher à un certain point. À la fin de votre vie, que voulez-vous avoir vécu dans votre vie relationnelle ?

Cela était mon dernier article de l’année. Je vous souhaite une joyeuse et heureuse période des fêtes. Il me fera plaisir de vous retrouver en 2016 ! D’ici là, ne vous gênez surtout pas de partager vos commentaires et réactions ! Un blog, c’est fait pour ça aussi !

two young women taking selfie with mobile phone

 

Bonjour à tous ! C’est l’été et plusieurs retrouvent leur motivation d’aller à la recherche d’un partenaire amoureux. C’est pour cette raison que j’ai décidé de rédiger ce court article montrant différentes alternatives pouvant être utilisées par les gens célibataires.

 

Rencontrer naturellement

D’abord, le moyen idéal qui est couramment utilisé est de rencontrer via des amis communs. Quoi de plus naturel que se faire présenter quelqu’un ? Ici, nous n’avons pas des milliers de questions à se poser afin d’approcher l’autre personne. Voilà pourquoi une riche vie sociale augmente nos probabilités de rencontrer un partenaire amoureux. Il est bien de dire autour de nous que nous sommes célibataires et ouvert à de nouvelles rencontres.

 

En faisant ce qu’on aime

            Beaucoup de mes clients et de gens que je connais ont rencontré leur partenaire amoureux lors d’un voyage. C’est comme s’ils étaient au bon endroit au bon moment. Souvent, quand on suit notre ressenti et qu’on réalise nos rêves, on dégage une meilleure énergie et ce magnétisme va nous rendre davantage attirant. Pour trouver l’amour, faites ce que vous aimez. J’aime bien le site www.meetup.com où nous pouvons joindre différents groupes d’activité. Les individus que vous allez y croiser auront probablement beaucoup de points communs avec vous.

 

Sites de rencontre

            Ici, c’est un moyen classique qui a souvent fait ses preuves. En étant assis dans le confort de son foyer, il s’avère possible de visionner des centaines de profils de gens célibataires qui sont également à la recherche de quelqu’un. Néanmoins, quelques précautions devraient être prises car beaucoup ne sont pas sérieux ou cherchent seulement des aventures sexuelles. Les femmes reçoivent énormément de messages là-dessus donc messieurs ne désespérez pas si plus de la moitié de vos messages sont ignorés. Je conseille aux gens aussi de ne pas trop attendre avant de voir son correspondant en personne. À mon avis, deux ou trois courriels sont amplement suffisants.

 

Speed dating

            Et non, ce n’est pas uniquement que des gens désespérés comme certains le croient encore ! Le speed dating constitue une soirée où vous faites la rencontre d’environ 15 célibataires du sexe opposé en environ 90 minutes. C’est la solution idéale pour les gens ayant une vie bien remplie qui n’ont pas nécessairement le temps de rencontrer autrement. Vous pouvez y rencontrer plusieurs bons partis. Le but est de récolter des « matchs ». Vous obtenez un match quand vous acceptez de transmettre vos coordonnées à quelqu’un et que cette personne l’accepte également. Le coût de l’activité varie entre 25$ et 35$. Voici deux compagnies qui organisent des soirées de speed dating dans la région de Montréal :

http://www.speeddatingmontreal.com/

http://entremetteurs.com/

http://www.cookanddate.com/concept.php?lang=fr (activité culinaire)

 

Toutes les autres occasions

            Pour les plus courageux, vous pouvez aborder dans la rue, à l’épicerie, à la bibliothèque, dans le transport en commun, en boîte, etc… Notre quotidien nous envoie de multiples occasions pour rencontrer l’amour.

 

Si toute cette démarche vous rend mal à l’aise ou que vous avez du mal à rencontrer, vous pouvez consulter et un sexologue pourra vous outiller à trouver différentes solutions et pistes d’action.

site-de-rencontre

Bonjour, si vous avez lu le premier article de ma série sur la confiance en soi, vous avez probablement ressenti un certain « boost » d’énergie tout comme vous avez eu en lisant d’autres ouvrages portant sur le développement personnel. On ressent également le même genre de motivation quand nous prenons des résolutions de nouvel an ou parfois aussi quand nous entamons une démarche thérapeutique.

                Ce qui s’avère problématique, c’est que l’être humain manque souvent de discipline et rate ainsi ses résolutions. À mon avis, l’acquisition d’une forte discipline constitue l’une des clefs de la confiance en soi. Seuls les êtres disciplinés sont vraiment libres. Les autres sont esclaves de leurs besoins et de leurs pulsions. Les gens manquant de discipline changent plus difficilement que les autres. Pour pouvoir acquérir de nouvelles habitudes de vie, il faut être prêt à fournir des efforts continus et faire preuve de discipline. La discipline, c’est quoi ? C’est avoir un contrôle suffisant sur soi afin que nos comportements soient en harmonie avec nos valeurs et aspirations. Un être discipliné qui prend la résolution de faire 30 minutes de jogging par jour s’organisera en conséquence et ira faire du jogging même la journée où la météo ne sera pas idéale. D’autres préféreront se trouver des excuses justifiant le non-respect de leurs résolutions.

                Autre mot clef : Courage ! Parfois, la vie nous demande de faire des choix difficiles et inconfortables. Par exemple, un jeune homme voulant s’améliorer avec les femmes devra faire preuve de courage et surpasser sa timidité. Faire preuve de courage, c’est être dans l’action, c’est aller chercher ce qu’on veut dans notre environnement. C’est foncer même si on a peur. Les gens manquant de courage sont paralysés par leurs peurs et évitent les défis de la vie.

                Finalement, la persévérance constitue un autre pilier d’une bonne confiance en soi. Il ne faut pas lâcher même si on ne progresse pas aussi vite qu’on le souhaiterait. En fait, un processus de développement personnel comporte des hauts et des bas. Ce n’est pas une ligne droite !

?????????????????????????????????????????????????????????????????

Beaucoup de gens auraient abandonné dans l’un des creux illustré sur le graphique ci-dessus. Au début, on est motivé car on sent que l’on progresse. Toutefois, la vie nous envoie parfois des épreuves qui font que notre développement personnel devienne plus difficile. Cela explique la perte de momentum que nous voyons sur le graphique. La plupart abandonnent quand ils sentent une régression. Toutefois, l’individu persévérant continuera et saura qu’il atteindra un niveau plus haut à long terme. Un creux peut même devenir une opportunité pour se propulser vers de plus hauts sommets. Dans un couple, cela correspondrait au rôle du conflit qui est souvent perçu comme négatif mais qui, bien utilisé, peut permettre aux partenaires de mieux se rapprocher et mieux connaître leurs attentes respectives.

Dans mon prochain article, je parlerai davantage de confiance relationnelle et de confiance sexuelle !

Bonjour,

Je vais débuter une série de trois articles portant sur la confiance en soi. Je crois que presque chacun d’entre nous aspire à atteindre la meilleure version de lui-même. Je n’ai jamais entendu quelqu’un me dire qu’il souhaitait avoir moins confiance en lui ! Je ne prétends pas détenir une recette miracle pour que vous deveniez super confiants du jour au lendemain mais je crois fortement pouvoir semer quelques graines en vous, qui pourront potentiellement vous inspirer et vous propulser vers un niveau de confiance en soi plus élevé.

Tout d’abord, j’aimerais présenter un concept que j’aborde souvent avec mes clients en thérapie. Beaucoup de gens sont guidés par leurs peurs alors qu’ils devraient être guidés par leurs désirs ! Concept d’une importance capitale et super simple. Souvent, les gens qui n’ont pas beaucoup confiance en eux sont de nature anxieuse et pensent beaucoup à leurs peurs. Plus précisément, ils pensent à des scénarios dont la réalisation n’est pas souhaitable. Beaucoup de conséquences négatives empoisonnent la vie des gens anxieux :

  • Difficulté à s’affirmer (l’individu anxieux craint la réaction de l’autre)
  • Tensions musculaires (l’individu se met en état d’alerte car il perçoit le danger autour de lui)
  • Procrastination (on a peur de prendre nos responsabilités, donc on les repousse)
  • Zone de confort restreinte (la peur fait en sorte que nous ne prenons pas de risques)
  • Difficulté à tolérer l’intimité (on a peur d’être blessé ou abandonné dans la relation)
  • Difficultés sexuelles (créées par les tensions musculaires et la difficulté à lâcher prise)

 

Vous pouvez ainsi constater à quel point la peur limite nos vies ! Je vous invite à consulter un article que j’ai déjà écrit abordant la peur

                Afin de changer, il faut évidemment aller au-delà de la théorie et prendre de nouvelles habitudes comportementales. Je vous invite à réfléchir à la question suivante : Comment, dans mon quotidien, pourrais-je chaque jour augmenter ma confiance en soi ? Avant de répondre à cette question, je vous invite à considérer quelques avantages d’une meilleure confiance en soi :

  • Plus grande facilité à s’affirmer et à vivre authentiquement. Voir mon article sur l’authenticité.
  • Meilleure relaxation car nous nous sentons moins menacés par les autres et notre environnement
  • Plus grand sentiment de satisfaction car quelqu’un de confiant se réalise davantage et est plus productif dans son quotidien
  • Plus grand sentiment de liberté. Il y a davantage d’options possibles car la zone de confort de l’individu confiant s’avère élargie
  • Meilleure connaissance de soi-même car davantage d’expériences sont tentées. Il est plus facile de différencier ce qu’on aime de ce qu’on n’aime pas.confiance-en-soi-2
  • Meilleure communication dans le couple
  • Plus grand sentiment de sécurité dans ses relations affectives
  • Plus grande satisfaction sexuelle

 

Je crois qu’améliorer significativement sa confiance en soi constitue un travail à long terme où il ne faut pas abandonner en chemin et se dire que ça ne vaut pas la peine. Il est souvent mentionné dans la littérature qu’acquérir une nouvelle habitude demande environ 21 jours. J’y crois pour avoir déjà tenté et réussi l’expérience dans certains domaines de ma vie. Voici quelques idées qui pourraient vous inspirer :

 

S’organiser pour être fier de soi à la fin de la journée

Je vous invite à vous poser les questions suivantes en vous réveillant le matin : Qu’est-ce que j’aimerais accomplir aujourd’hui ?  Qu’est-ce qui ferait la différence pour que je me sente vraiment satisfait de moi-même à la fin de la journée ? Ici, le but est de s’assurer de profiter le plus possible de la vie et de donner notre maximum pour atteindre nos objectifs !

Méditer

Prenez 10 minutes par jour et méditez. Cela vous aidera à être moins envahi par des pensées négatives et réduira vos tensions musculaires. Vous pouvez programmer une alarme avec votre cellulaire ou un cadran pour vous alerter lorsque le temps nécessaire à la méditation sera écoulé.

Quitter sa zone de confort progressivement

Je vous invite à prendre en note des actions que vous aimeriez accomplir mais qui vous font peur. Sur une échelle de 1 à 10, évaluez le niveau de difficulté de chacune de ces missions. Commencez par faire la plus facile et progressivement, augmentez le niveau de difficulté. Ici, nous parlons de désensibilisation systématique tel que présenté dans l’approche cognitivo-comportementale

L’arrêt de pensée

À chaque fois que vous vous observez en train de penser négativement, dites-vous « STOP ! » et ramenez-vous au moment présent. Soyez en mode solution à chaque fois qu’un problème se présente.

Si vous vous considérez comme peu confiant de façon générale ou dans certaines sphères de votre vie, je vous conseille de prendre la décision de travailler là-dessus dès maintenant et de surtout focaliser sur des moyens de changement que vous pouvez intégrer à votre quotidien. Cet été, je préparerai un mini document portant sur le sujet que je donnerai gratuitement sur demande à tous ceux qui viennent me consulter que ce soit pour de la thérapie, du coaching ou de la croissance personnelle.

Pour finir, je dirais que quelqu’un qui n’est pas bien avec lui-même ne pourra s’épanouir dans ses relations ou sa vie sexuelle. Mon livre « L’Essentiel » pourrait vous intéresser également :

À bientôt pour la seconde partie de cet article !

Bonjour,

Je vous souhaite d’abord une heureuse année 2015 ! De mon côté, j’ai décidé d’offrir officiellement un nouveau service à titre de conférencier à partir de maintenant. Je peux intervenir dans différents milieux et contextes : écoles secondaires, cégeps, universités, organismes communautaires, entreprises, congrès, etc… Voici plus précisément les différentes conférences que je peux offrir :

  1. Le développement personnel dans sa vie amoureuse et sexuelle
  2. Communication relationnelle et communication sexuelle
  3. Identité, désir et orientations sexuelles
  4. L’addiction sexuelle et son traitement
  5. Les déviances sexuelles
  6. Les abus sexuels et comment les prévenir
  7. Décortiquer la séduction
  8. La jalousie sous la lumière de quatre approches thérapeutiques
  9. La gestalt thérapie appliquée à la sexualité
  10. Conférence sur mesure

Chacune des conférences a une durée de 75 minutes suivie d’une période de questions de durée flexible. Je peux également offrir des conférences sur mesure de plus longue durée. Les tarifs applicables sont de 245$ pour une conférence de 75 minutes. Il n’y a pas de frais pour les 30 premières minutes de la période de questions. Le tarif horaire pour les plus longues conférences est de 196$ / heure. Bientôt, une nouvelle page sera disponible sur mon site web où le contenu des conférences sera davantage détaillé.

Vous pouvez me contacter par courriel ou par téléphone si vous souhaitez utiliser mes services.conferences

tangoVoici la dernière partie de ma trilogie portant sur la séduction. J’avais traité dans mes deux articles précédents de la première impression et du langage non verbal. Maintenant, il est temps de s’attarder au toucher et à la sexualité.

Imaginons que vous avez rencontré un partenaire compatible, confiant, sexy et détendu…Toutes les conditions sont présentes pour que la séduction soit optimale. Toutefois, il manque une dernière étape pourtant cruciale. Dans tout processus de séduction, le contact physique s’avère primordial. Comment instaurer un bon contact physique avec l’autre ? Je dirais d’abord que notre environnement doit nous permettre de nous rapprocher physiquement de l’autre. À mes yeux, un dîner au restaurant ne représente pas la meilleure idée de rendez-vous galant car une table vous sépare de l’autre. Il peut bien sûr y avoir échange de regards, la possibilité de prendre les mains de l’autre mais pas vraiment l’opportunité d’établir un contact physique menant à une relation sexuelle. Je crois qu’aller faire du patin, regarder un film chez soi ou aller danser constituent des opportunités plus propices pour créer un climat de séduction. En fait, le type d’activité n’est pas tant important…C’est juste qu’il doit y avoir possibilité de toucher l’autre sans que des obstacles physiques viennent nuire à la fluidité du contact (comme une table dans un restaurant)

Si vous vous sentez bien et relax, vous allez pouvoir le communiquer dans la façon que vous touchez l’autre. Si vous sentez du désir affectif ou/et sexuel pour l’autre, ce sera communiqué également dans le contact physique que vous instaurez. Ainsi, plus vous vous sentez détendu et en harmonie avec vos émotions (que ce soit de l’affection ou du désir sexuel), meilleur sera votre contact physique. Si en revanche, vous êtes plutôt tendu, l’autre pourra le ressentir dans la façon que vous le touchez.

Par la suite, la danse de la séduction peut opérer…touchers, caresses, baisers, sentir les cheveux, croquer délicatement l’oreille…À vous de vivre le moment présent et de créer un rapport sexuel avec l’autre. Dans ce processus vient le moment de dévoiler son corps à l’autre, ce qui peut parfois occasionner de la gêne. Une bonne estime de soi vous rendra davantage confortable dans votre sexualité et vous aidera à vous laisser aller dans celle-ci. Si vous avez des dysfonctions sexuelles (dysfonction érectile, vaginisme, anorgasmie ou éjaculation précoce), je vous conseille de prendre rendez-vous avec un sexologue clinicien. Ainsi, vous pourrez voir plus clairement ce qui affecte votre sexualité et acquérir différents outils pour l’améliorer.

Voici la fin de la trilogie. Bonne séduction à tous !