Articles Tagués ‘intimité’

Je rencontre beaucoup de gens ayant des difficultés à tolérer l’intimité mais ce n’est pas nécessairement toujours pour les mêmes raisons. Alors que certains n’arrivent pas du tout à être seuls, d’autres sont incapables de laisser rentrer quelqu’un dans leur vie. Comment trouver un équilibre dans tout ça ?

                L’idéal est si vous êtes capable d’apprécier à la fois les moments de solitude et les moments partagés. Nous sommes des êtres sociaux qui ont des besoins psycho-affectifs mais d’un point de vue existentiel, nous naissons seul et nous mourrons seul également. Lorsque nous avons du mal à accepter notre solitude ou la nécessité de partager notre vie avec notre conjoint, il y a de problèmes à l’horizon.

                J’ai beaucoup croisé des individus disant : « J’ai besoin d’être seul » ou bien « je dois être dans ma bulle pour recharger mon énergie » ou encore « J’ai besoin de personne ». À mon avis, le besoin de solitude est légitime dans la mesure où il ne créé pas un trop grand éloignement dans le couple. Prenons l’exemple de quelqu’un ayant eu une énorme journée de travail et qui arrive à la maison fatigué avec un mal de tête colossal. Supposons que cet individu est du type intraverti et qu’il a plutôt besoin d’être seul pour se ressourcer. Comment pourrait-il agir dans cette situation lorsque sa conjointe se prépare à l’accueillir ? Ici, il y a deux extrêmes à éviter. Cet individu doit éviter de refouler son besoin d’être seul et de cacher son état réel à sa conjointe. On a tous le droit d’être malade ! Il n’est pas authentique de prétendre aller bien si ça ne va pas. Toutefois, l’autre extrême qui n’est pas mieux est de complètement se déconnecter de sa partenaire et de faire comme si elle n’était pas là (dans la mesure où le besoin d’être seul prend toute la place). Il serait intéressant de dire : « Aujourd’hui, ma journée a été épuisante et j’ai besoin de me reposer. Je ne serai pas en mesure de beaucoup parler. Je vais aller me reposer. Je reconnais que tu passeras la soirée sans moi et j’en suis désolé mais je dois prendre soin de moi avant tout ». Ainsi, on assume notre besoin individuel tout en reconnaissant la situation de l’autre.

                Sinon, voici un autre exemple pour les gens ayant de la difficulté à vivre seul. Imaginons un jeune homme qui vient d’apprendre que sa conjointe va revenir à la maison plus tard que prévu étant donné qu’elle a eu une réunion de dernière minute au travail. Il pourrait devenir réactif et dire « Tu me laisses encore seul pour préparer le souper des enfants ! » mais cette position n’est pas la plus mature à mon avis. Ici, le jeune homme doit tolérer le moment de « solitude » avant que sa conjointe rentre à la maison car personne ne peut être disponible pour nous 24 heures sur 24. Il serait plus judicieux ici qu’il baisse ses attentes envers sa conjointe (du moins, pour cette soirée ! » et qu’il accepte sa réalité.

                En guise de conclusion, c’est donc important de bien pouvoir jongler entre les moments de solitude et ceux de proximité lorsque nous évoluons dans un couple. On ne peut pas s’attendre à ce que l’autre soit là pour nous 24 heures sur 24 et on ne peut pas aussi toujours demander à l’autre de nous laisser seul ! Il y a ici un équilibre à atteindre et les clés pour y parvenir sont la fait d’assumer ses besoins, les exprimer tout en considérant l’autre et en étant à son écoute.

intimité rel

Publicités

De plus en plus d’hommes viennent me consulter pour un problème de dépendance à la pornographie. La prévalence semble augmenter de plus en plus. Comme sexologue clinicien, ma responsabilité est d’aider ces hommes à passer au travers de leurs difficultés et de leur montrer un chemin pour vivre une nouvelle réalité.

                Dans un premier temps, il s’avère juste de dire que ces hommes sont constamment en recherche de nouvelles images. L’activateur d’Éros n’est pas un stimulus réel mais plutôt un stimulus virtuel. Ainsi, le consommateur de pornographie s’éloignera de plus en plus d’une sexualité qu’on pourrait qualifier de « réelle » ou relationnelle.  Même s’ils sont en couple, certains individus seront davantage motivés par la quête de nouvelles images sexuelles sur le net que par une relation sexuelle avec leur partenaire. Aussitôt que nous choisissons de nous isoler dans notre sexualité plutôt que d’investir l’intimité dans notre couple, il y a un problème important. Beaucoup d’hommes assumeront mal leurs motivations sexuelles et devront ainsi mentir à leur conjointe. Il pourra y avoir des sentiments de honte et culpabilité importants et éventuellement une peur de perdre sa partenaire. Pour ce qui touche les hommes célibataires, ils opteront pour l’investissement d’un univers virtuel plutôt que la recherche d’une relation intime dans leur environnement. J’observe la plupart du temps un sentiment de vide (plus ou moins conscientisé) chez ces personnes.

                Ces hommes ont tendance à investir la quête de sensations fortes plutôt que les sentiments. Dans leur processus de prise de décision, la gratification à court terme l’emportera souvent sur les objectifs à long terme. Si la consommation de pornographie est régulière, une dépendance se créé et l’individu peut même se déconnecter d’une partie de lui. De quelle partie de lui-même le consommateur de pornographie se déconnecte ? De la partie saine de lui qui tente d’agir selon ses valeurs, qui a des objectifs à long terme, qui éprouve de l’amour envers son ou sa partenaire, qui recherche la sécurité et la stabilité. Ainsi, la liberté de l’individu devient compromise car les choix sont guidés par la recherche de sensations fortes plutôt que par les sentiments plus profonds ou les valeurs. Mais rassurez-vous, il y a possibilité de se conscientiser et de changer avec suffisamment de volonté, de persévérance et de discipline.

                Le rapport avec l’autre s’avère également affecté. La femme devient le plus souvent un objet sexuel plutôt qu’un être humain multidimensionnel. Il y a un rapport Je-Ça plutôt que Je-Tu. Les consommateurs de pornographie vont beaucoup érotiser la distance et cela peut se répercuter dans la sexualité avec leur partenaire. Par exemple, un homme demandera à sa conjointe de jouer des scénarios où il est spectateur et où celle-ci s’exhibe devant lui. Il y a ainsi une reproduction du « pornographique » et il y a une dynamique « voyeur-exhibitionniste » plutôt que relationnelle.

                Dans ce court article, j’ai surtout tenté de vous dresser un portrait de la vie sentimentale et émotive de ces hommes. Dans mon prochain texte, je vais vous décrire les mécanismes d’évitement utilisés par cette population qui vit souvent beaucoup d’isolement.

honte-image

Bonjour,

Vous pouvez maintenant vous procurer mon livre « L’essentiel » directement sur Amazon. N’hésitez pas à vous le procurer.

Le lien suivant vous permettra de voir une description plus détaillée et de l’acheter si vous le désirez:

https://www.amazon.ca/Lessentiel-soi-m%C3%AAme-meilleure-relationnelle-sexuelle-ebook/dp/B01HW3FYCG/ref=sr_1_2?ie=UTF8&qid=1467558257&sr=8-2&keywords=l%27essentiel

l'essentiel

Bonjour, je vais maintenant publier une série de courts articles sur des problématiques de couple que j’observe souvent chez ceux me consultant en cabinet. Le premier et non le moindre constitue le manque d’écoute dans la dyade conjugale.

                Souvent, je vois des couples qui se coupent la parole fréquemment. Dans ces conditions, ils ont du mal à se comprendre et à résoudre leurs conflits. Pourquoi les gens ont-ils le réflexe de couper la parole à l’autre ? Je crois que c’est en réponse à une insécurité…Plus précisément, l’individu qui coupe la parole à son partenaire cherche à avoir du pouvoir sur celui-ci, à lui imposer son idée, à lui prouver qu’il a raison et que lui a tort. Ici, une forte offensive constitue la meilleure défense contre les anxiétés sous-jacentes à l’intimité, à une vraie discussion. Dans cette façon de fonctionner qui ressemble à un débat, c’est comme s’il y avait un combat où on cherche à gagner et à mettre l’autre en situation d’échec…Il n’y a pas d’esprit gagnant-gagnant ! Quand il n’y a pas d’écoute, il n’y a pas de vraie discussion. Quand il n’y a pas d’écoute, on ne peut pas vraiment connaître les besoins de l’autre, ses points de vue, ses limites, etc…En revanche, nous ne pouvons pas non plus nous affirmer de façon adéquate.

                J’admets qu’il peut s’avérer anxiogène d’écouter jusqu’au bout ce que notre partenaire a à nous dire en situation de conflit. Cela est confrontant et il est plus facile de simplement couper la parole et de « contre-attaquer ». Toutefois, en agissant ainsi, nous nous éloignons de notre partenaire et l’intimité devient plus difficile. En couple, il faut apprendre à tolérer l’anxiété et à vraiment se connaître et connaître l’autre plutôt que d’éviter les vraies discussions. La meilleure solution pour bien communiquer en couple est de prendre le temps d’écouter et d’ensuite reformuler à l’autre ce que nous avons compris afin de s’assurer d’être sur la même longueur d’onde que celui-ci. Ensuite, vous pouvez exprimer votre point de vue et votre partenaire fera également l’effort de vous écouter jusqu’au bout et de reformuler votre pensée. Cet exercice peut s’avérer bénéfique pour les couples voulant apprendre à mieux communiquer !

       Si ce type de problèmes nuit à la qualité de votre relation de couple, vous pouvez prendre un rendez-vous.

couple-talking2-300x163

Bonjour,

Dernièrement, beaucoup ont pu visionner le documentaire « L’amour au temps du numérique » réalisé par Sophie Lambert sur les ondes de Télé-Québec. Vous pouvez revoir les deux parties en cliquant sur le lien suivant : http://www.telequebec.tv/documentaire/l-amour-au-temps-du-numerique/

Ce documentaire a suscité beaucoup de réactions et on pourrait même dire qu’il a créé une certaine controverse. Quoi en penser ? Ici, en tant que sexologue clinicien et psychothérapeute, je vais vous dévoiler ma vision de ce documentaire.

Contenu qui a de l’impact

J’ai écouté les deux émissions une à la suite de l’autre. Honnêtement, j’étais extrêmement intéressé par le contenu. Il est présenté de façon à susciter l’intérêt. Nous pouvons y voir plusieurs cas intéressants : une jeune fille enceinte qui ne sait pas qui est le père de son enfant (celle-ci a couché avec 104 hommes), un jeune homosexuel collectionnant les « like » sur Instagram, un jeune homme correspondant parfaitement au stéréotype du « douchebag » et qui est fier de l’être…Est-ce que le but de Sophie Lambert était de choquer les gens, de créer une bonne source de divertissement tel un émission de télé-réalité ou plutôt de peindre un portrait réaliste de la vie amoureuse des jeunes de 18-25 ans ? Je crois qu’elle avait à la fois ces trois intentions mais ce qui vient surtout à l’esprit, c’est le fait incontestable que l’échantillon de jeunes choisi dans son documentaire n’est pas représentatif de la majorité des jeunes de 18-25 ans. Donc, il faut vraiment prendre le tout avec un grain de sel. Toutefois, certains thèmes qui y sont présentés méritent sérieusement qu’on s’y penche…

Les nouveaux modèles de relation

                Nous sommes maintenant en 2015 (en 2016 dans quelques semaines) et le modèle du couple monogame traditionnel semble perdre progressivement de la place chez les jeunes. Certains parleront maintenant de « fuck friend », d’ « amis avec bénéfices », d’ « amis modernes », de couples ouverts, etc…Où se situer là-dedans ? Stef, un jeune homme figurant dans le documentaire, dit que maintenant les relations c’est comme un jeu où le premier qui s’attache à l’autre perd ! Phrase assez choquante ! Personnellement, je ne vois rien de mal aux relations de type « amis avec bénéfices ». J’avais d’ailleurs écrit un article à ce sujet ici. N’oublions pas que le terme « amis » figure dans « amis avec bénéfices » ou « ami santé » comme diront certains. Donc, à la base, nous avons une relation d’amitié mais avec certains bénéfices sexuels accordés. On pourrait même voir ça comme un avantage car il y a un élargissement des expériences possibles avec son partenaire. Toutefois, le problème, c’est que beaucoup de jeunes ne sont pas suffisamment solides au niveau de leur identité pour bien vivre ce type de relations. Il ne faut pas non plus voir ce type de relations comme un jeu où l’un gagne et l’autre perd. Respect, maturité et transparence sont de mise ici…Cela permettra de respecter l’entente établie avec son partenaire par rapport à la nature de la relation. Dans le documentaire, nous voyons des jeunes qui expérimentent mais qui n’appliquent pas certains principes importants. Je pense entre autres au jeune homme qui n’avait pas avoué avoir couché avec une autre fille à sa partenaire avec laquelle il évolue dans un couple ouvert. Donc, au final, nous devons conscientiser un élargissement des modèles relationnels possibles dans la société, et ce, à la fois pour les plus vieux ! Le monde évolue constamment !

Être vs paraître

En visionnant le documentaire, j’ai été quelque peu choqué par toute la superficialité qui y est présentée. Nous voyons des jeunes qui se valorisent selon le nombre de « likes » qu’ils obtiennent sur Instagram ou le nombre de partenaires sexuels qu’ils ont eu…Il y a survalorisation du paraître et une sous-évaluation colossale de l’être. En fait, ce que le documentaire a oublié de mentionner, c’est que ce ne sont pas tous les jeunes qui sont comme ça ! Loin de là ! Cela représente davantage le portrait d’une sous-culture ! Pensons entre autres à Stef qui travaille comme barman ou la jeune fille qui fait de la promo pour vendre des événements. Je n’insinue pas que tous les gens travaillant dans ces milieux sont trop superficiels mais si nous sommes réalistes, nous pouvons constater l’importance du « paraître » dans ces domaines. Le problème, en vivant uniquement dans le « paraître », c’est que nous laissons énormément de pouvoir à l’opinion que les autres ont de nous. Nous devenons également super exigeants envers notre apparence physique et ce, en effectuant des sacrifices et au détriment d’activités plus plaisantes. En vivant dans le « paraître », nous n’apprenons pas non plus à nous connaître vraiment et à connaître vraiment l’autre dans toutes ces dimensions. D’ailleurs, c’est l’un des principaux problèmes sur les sites de  rencontres….Beaucoup vont juger uniquement les photos pour évaluer les candidats potentiels. Toutefois, il est possible que certains ne soient pas photogéniques mais que par contre, leur charisme et leur magnétisme peut être très fort ! Cela ne peut être perçu sur Internet…Je tiens à ajouter aussi que le fait que les gens trop axés vers le « paraître » se connaissent peu et cela les rend encore moins aptes à vivre des relations intimes, que ce soit des relations du type « amis avec bénéfices » ou des relations de couple davantage traditionnelles. À mon avis, ils sont condamnés à vivre un scénario répété d’échecs jusqu’à temps qu’émerge chez eux une prise de conscience.

Avoir 1000 amis virtuels mais être seul  

Ce qu’on constate à travers ce reportage, c’est que ces jeunes aspirent pour la plupart à trouver l’amour et fonder une famille. Il y a donc un décalage important entre ce qu’ils font et ce qu’ils veulent vraiment (je fais référence ici aux jeunes présentés dans le documentaire). Au fond d’eux-mêmes, ils se sentent seuls car leur amant est parti une fois la relation sexuelle terminée. Ils vivent ce que j’appelle de la solitude émotionnelle car ils ont pour la plupart un bon réseau social. Cette solitude émotionnelle est causée par une incapacité à se révéler aux autres tels qu’ils le sont vraiment, ceux-ci étant surtout dans le « paraître » et ayant du mal à se montrer vulnérables. Ils se déconnectent ainsi d’eux-mêmes et des autres, ce qu’ils font qu’ils se sentiront seuls d’un point de vue émotif. En regardant l’émission, certains jeunes me donnaient l’impression d’utiliser les autres pour gonfler leur égo. Il y aurait ici surcompensation pour nourrir une estime de soi fragile.

Ici et maintenant !

Finalement, je retiens la notion de gratification immédiate présentée dans le reportage. Avec les nouvelles applications de téléphones intelligents, les gens peuvent maintenant trouver un partenaire sexuel potentiel dans un rayon de X kilomètres ! Il y a donc moyen d’établir quelle est la personne la plus près de soi qui elle aussi voudrait avoir des relations sexuelles. Je fais surtout référence ici à l’application Grindr. J’admets qu’il s’avère pratique de pouvoir assouvir ses besoins avec un minimum d’efforts mais encore une fois, la conséquence est qu’on n’apprend pas vraiment à connaître l’autre. On se sert plutôt de lui pour assouvir ses besoins ou encore l’ajouter à notre tableau de chasse et se valoriser. S’il devient trop facile de rencontrer, cela peut devenir facilement un comportement compulsif qui fera en sorte que les gens en deviendront dépendants ! Dans le documentaire, Stevo utilisait justement les sites de rencontre mais il voulait simplement rencontrer quelqu’un dans le but de prendre un café. Les gars qu’il a contactés voulaient quant à eux strictement des relations sexuelles…

Mot de la fin

En guise de conclusion, je crois qu’il n’est pas mal de ne pas vouloir s’engager et de profiter de son célibat. Toutefois, l’être humain a aussi besoin d’évoluer et de se connecter aux autres. Pour y arriver, il doit se libérer de la survalorisation du « paraître », prendre le temps de se connaître soi en faisant de l’introspection et prendre le temps de connaître l’autre. L’humain doit accepter de prendre le risque de se montrer vulnérable et de s’attacher à un certain point. À la fin de votre vie, que voulez-vous avoir vécu dans votre vie relationnelle ?

Cela était mon dernier article de l’année. Je vous souhaite une joyeuse et heureuse période des fêtes. Il me fera plaisir de vous retrouver en 2016 ! D’ici là, ne vous gênez surtout pas de partager vos commentaires et réactions ! Un blog, c’est fait pour ça aussi !

two young women taking selfie with mobile phone