Articles Tagués ‘dépendance sexuelle’

Beaucoup de gens vont comparer la nourriture à la sexualité et avec raison. Dans les deux cas, nos sens sont éveillés et nous ressentons du plaisir. Hélas, dans chaque domaine, le plaisir peut se transformer en déplaisir ! Voici pourquoi je vous partage aujourd’hui ma vision quant à la notion d’appétit sexuel.

                On entend parfois l’expression « respectez votre appétit » mais qu’est-ce que ça veut dire au juste ? Ça signifie de manger tant que l’on ressent la faim et d’arrêter une fois l’état de satiété atteint. Qui mange vraiment en respectant sa faim ? J’estimerais que ce n’est pas la majorité des gens et ce, pour différentes raisons : manque de ressources, troubles alimentaires, gourmandise, « manger ses émotions », etc… La plupart d’entre nous a déjà un jour trop mangé et a pu constater que le plaisir de manger quelque chose qu’on aime pouvait se transformer en problématiques digestives et donc en déplaisir !

                Ici, je n’ai pas l’intention de parler strictement de bouffe. Comme vous le savez, je suis sexologue et pas un nutritionniste. Je voulais simplement mieux vous illustrer le parallèle qu’on peut faire entre l’appétit pour la nourriture et la libido (appétit sexuel).

                Beaucoup d’hommes vont me poser des questions par rapport à la masturbation, notamment la fréquence idéale pour le faire. Je leur réponds à chaque fois : « Respectez votre appétit sexuel ». Pour être plus précis, je dis aux gens d’écouter les signaux que leur envoie leur corps. Si vous êtes déjà en érection par exemple, ça signifie qu’il y a un besoin sexuel et donc que vous avez « faim sexuellement ». Par contre, si votre pénis est flaccide et que vous vous demandez si c’est une bonne chose de se masturber, la réalité est que fort probablement, vous n’avez pas faim (à part pour les gens ayant une dysfonction érectile de cause physique). Certaines personnes se masturbant beaucoup vont dire qu’ils le font si fréquemment car ils ont une forte libido. Dans quelques cas, c’est vrai mais dans d’autres, il y a plutôt présence de compulsion sexuelle ou d’utilisation de la sexualité à des fins défensives ou compensatoires. Comme quelqu’un qui mange ses émotions suite à une journée difficile, certains s’évaderont devant des vidéos pornographiques pour oublier leurs problèmes. Ici, nous ne faisons pas face à quelqu’un qui se comporte ainsi à cause d’une forte libido mais plutôt à quelqu’un qui est dans une dynamique de compulsion sexuelle. Demandez-vous la question : « Quelle est mon intention derrière mon initiative sexuelle ? » Est-ce dicté par un besoin corporel ou un besoin plus psychologique ? Une telle introspection vous permettra de mieux vous connaître sur le plan sexuel et plus spécifiquement par rapport à la notion d’appétit sexuel.

                À l’inverse, certains auront plutôt tendance à refouler leurs besoins sexuels. Ici, nous faisons face à un trouble du désir. Ces gens ne seront donc pas vraiment en contact avec leur corps étant donné le mécanisme de refoulement. Ici, le processus de prise de conscience s’avère plus difficile étant donné que le refoulement est très souvent un processus inconscient. L’idéal est donc de ne pas aller dans l’excès de sexualité (compulsion), ni dans la privation de sexualité (refoulement ou interdits sexuels).

En espérant que cet article ait pu vous inspirer !

obsession sexuelle

Publicités

Suite à mon dernier article traitant de pornographie, j’ai décidé de vous présenter d’autres manifestations de la dépendance sexuelle.  Chacun a ses particularités et peut faire couler votre couple :

Sites de webcam

                Dans les sites de webcam, il y a possibilité de voir différentes femmes se dévêtir et interagir en direct avec celles-ci. Le plus souvent, elles s’exposent ainsi devant un groupe d’internautes mais moyennant certains frais, il s’avère possible de clavarder en privé avec celles-ci. Tout comme la pornographie, ce moyen vous permet de rester dans le confort de votre foyer bien en sécurité derrière votre écran d’ordinateur. Toutefois, ici, nous nous rapprochons un peu plus du réel car il y a interaction avec un autre être humain. Contrairement à la pornographie, certains hommes vont rester accrochés à ces sites car ça leur permet de combler certains besoins psycho-affectifs (besoin d’avoir de l’attention, d’être valorisé, d’avoir des liens sociaux, etc…) Ce genre de sites peut constituer une solution plus facile pour quelqu’un souffrant de son isolement.  Toutefois, d’un point de vue davantage sexuel, nous assistons surtout à une dynamique « exhibitionniste-voyeur » qui revient à une érotisation potentielle de la distance. Donc, tout comme dans la pornographie, l’autre est surtout vu comme un objet sexuel. Nous sommes dans un rapport « Je-ça » et non « Je-tu ». Différents désirs peuvent être comblés sur les sites de clavardage sexuels. Certains ne vont pas s’exposer devant leur webcam et vont se contenter de « regarder » tandis que d’autres prendront plaisir à s’exhiber devant des inconnus.

Saunas

                J’ai rencontré à plusieurs reprises dans le cadre de ma pratique clinique des hommes fréquentant compulsivement les saunas gays (même parfois des hommes hétérosexuels). Le sauna est souvent vu comme un moyen très facile et rapide d’assouvir une pulsion sexuelle. Encore une fois, l’autre n’est pas perçu dans toute son humanité et entièreté mais plutôt dans sa fonction d’assouvir vos besoins sexuels.  Dans ce type de saunas, il semble que chacun soit là dans un but sexuel et cela constituerait donc un genre de règle non-écrite. Contrairement à la pornographie et aux sites de webcam, vous allez avoir un rapport sexuel en fréquentant ce type d’endroits, ce qui nous sort de la dynamique exhibitionniste-voyeur (à moins que vous y allez surtout pour combler des fantasmes voyeurs ou exhibitionnistes). À mon avis, l’aspect le plus problématique de ces lieux est que beaucoup de gens y sont carrément accrocs et vont ainsi se maintenir dans une sexualité « vide et dénuée d’amour ». Il y a des sensations fortes mais un éloignement du bonheur.

Salons de massage érotique et prostitution

                Ici, mon but n’est pas de prendre position sur le sujet controversé de la prostitution. Toutefois, j’ai vu plusieurs couples se briser à cause d’un homme ayant décidé de recourir à cette pratique. Encore une fois, il y a possibilité d’avoir des rapports sexuels très facilement moyennant de l’argent. Nous sommes encore dans un rapport où l’autre est vu surtout comme un objet. Toutefois, dans quelques cas, les hommes ne paieront pas la prostituée pour avoir du sexe mais juste pour discuter et avoir un moment privilégié avec une femme (ce qui comble d’autres besoins). Au-delà de l’aspect de la dépendance de certains hommes envers les travailleuses du sexe, il y a aussi tout l’aspect de la santé financière de ces hommes qui peuvent en prendre un coup. Quelqu’un fréquentant les salons de massages érotiques voudra surtout combler un besoin de sensations fortes mais tentera de se rapprocher davantage du « réel » que quelqu’un se réfugiant surtout dans la pornographie qui représente un univers plus virtuel.  Ici, il y a également une dynamique  client-travailleur .

Mot de la fin

                Peu importe le type de compulsion sexuelle, les conséquences de celle-ci peuvent s’avérer néfastes et plus particulièrement si vous êtes en couple. Même si le fait de regarder de la pornographie ne s’avère pas une infidélité comme telle, celle-ci peut vous  y mener. Comment ? En alimentant votre recherche insatiable de sensations fortes et de nouveauté. Peut-être qu’un jour vous voudrez aller plus loin et passer d’un univers totalement virtuel (pornographie) à un univers se rapprochant un peu plus de la réalité (sites de webcam d’abord et ensuite salons de massage et prostitution). Dans mon prochain article, je vais vous montrer qu’est-ce qui distingue quelqu’un ayant un rapport sain avec la pornographie de quelqu’un ayant une utilisation problématique.

prostitution