Articles Tagués ‘créer sa vie’

Dans mon précédent article, j’avais encouragé les gens à identifier les différentes zones à risques dans lesquelles ils sont davantage susceptibles de consommer de la pornographie. Maintenant, je vais explorer avec vous la notion d’ambivalence, c’est-à-dire la dualité de l’être humain où une partie cherche à adopter un comportement sain pour la santé et une autre partie cherche surtout à libérer des pulsions ou encore vivre des sensations fortes.

                Lorsque quelqu’un débute sa consommation de pornographie, il y a toujours un processus mental qui s’opère au préalable. Il est faux de croire que cela se fait automatiquement. Je le répète encore : Nous sommes des êtres libres et sommes davantage que nos conditionnements. Le plus souvent, il y a une partie de nous qui essaie de ne pas céder à notre envie de consommer et une autre qui souhaite se laisser aller. L’idée est de tenter de renforcer la partie de nous qui veut s’en sortir quelques secondes avant de consommer. Plus vous serez capable d’écouter cette partie de vous, plus celle-ci grandira et plus elle gagnera les combats contre l’autre partie qui veut aller consommer. Évidemment, le plus difficile est de commencer quelque part si vous n’avez pas encore un grand historique de succès à ce niveau.

                Pour débloquer, je vous encouragerais à vous poser les questions suivantes : « Pourrais-je au moins imaginer que ma journée se passe autrement ? Comment je me sentirais si je ne consommais pas ? Qu’est-ce que je pourrais faire à la place ? » En utilisant son imagination et en créant d’autres scénarios, on reprend du pouvoir sur sa vie. Ici, le fait que nous sommes fondamentalement libres est aidant pour se sortir d’une dépendance. L’idée est de créer quelque chose de très positif qui peut nous inspirer à agir autrement. Certains diront quand même : « Mais c’est trop difficile me contrôler…. »

                Si le contrôle de soi reste difficile, votre priorité devrait être plutôt d’au moins arrêter le processus mental négatif qui mène à la consommation de pornographie. Pour ce faire, je recommande de simplement se dire à haute voix « Stop » et en prenant ensuite le temps de prendre de grandes respirations. Changer de pièce dans la maison ou d’environnement peut s’avérer aussi judicieux. Même si vous n’êtes pas encore dans la création de scénarios positifs, au moins vous arrêtez la spirale négative.

                Voilà, à mon avis les outils pour traiter la dépendance à la pornographique peuvent s’avérer assez simples mais j’admets que l’application peut être plus difficile. De plus, certaines personnes ont également beaucoup plus de difficulté avec l’autodiscipline et il faudra aussi explorer d’autres avenues thérapeutiques la plupart du temps. Dans cet article, il est question de stratégies d’adaptation mais en thérapie, nous pouvons aussi voir comment remédier à la source du problème (agir sur les causes et pas seulement sur les symptômes). Vous pouvez m’écrire ou faire des commentaires si vous avez des questionnements par rapport à cet article ou à cette thématique en général.

ambi

Publicités

Comme sexologue et psychothérapeute, j’encourage mes clients à faire preuve de créativité dans leur vie. Pourquoi la créativité est-elle si importante ? Parce qu’elle nous permet de vivre en pleine liberté. Les gens qui vivent dans des « routines » s’emprisonnent à mon avis. Je pense entre autres aux gens qui ont des relations sexuelles « scriptées ». Ils se privent de plusieurs expériences enrichissantes en restant dans leur zone de confort. Et c’est là la clef ! Oser sortir de sa zone de confort !

                Notre identité se forge selon les expériences que nous vivons, bonnes comme mauvaises. Après chaque événement, il y a une phase d’assimilation où il y a prise de conscience sur nous-même. Qu’ai-je apprécié de cette expérience ? En quoi cela change ma conception de moi-même ? Comment pourrais-je l’améliorer la prochaine fois ? En quoi cette expérience est intéressante ? Voilà une multitude de saines questions à se poser. Si nous répétons sans cesse les mêmes choix et les mêmes expériences, les chances sont fortes que nous nous posions les mêmes questions et que nous obtenons les mêmes réponses. Ici, la vie devient circonscrite dans des limites définies et cela ne correspond pas à la définition que je me fais d’un être libre.

                Être libre et créatif dans sa vie, c’est quoi ? C’est essayer et découvrir constamment. C’est oser prendre le risque de vivre une mauvaise expérience. C’est se laisser aller et ne pas se mettre de barrières. C’est être entièrement soi-même sans se soucier de l’opinion des autres. Plus on fait preuve de créativité, plus on se découvre et plus on se met en contact avec ce que l’on aime. Plus on assimile d’expériences différentes, plus nous devenons multidimensionnels et plus notre identité en devient solide. Les chances deviennent meilleurs aussi pour rencontrer des gens qui partagent des points communs car l’être libre et créatif a beaucoup d’expérience et de désir en lui.

                Faire preuve de créativité améliorera également votre vie relationnelle et sexuelle. Avoir des conversations créatives, c’est beaucoup plus agréable que de parler d’une manière stéréotypée et conventionnelle. Raconter des blagues, décrire des anecdotes avec émotion, inventer des scénarios constituent quelques exemples de conversations créatives. L’important est de se laisser aller. Lorsque deux êtres créatifs se rencontrent, nous assistons à une synergie intéressante. À mon avis, les gens qui n’ont rien à dire manquent simplement de créativité. Si on explore les origines d’un manque de créativité, on peut souvent constater un manque d’authenticité ou une identité plus ou moins consolidée.

                D’un point de vue sexuel, la créativité vous aidera à mieux vous découvrir ainsi que votre partenaire. Cela éloignera également la routine et l’ennui. La créativité permet d’élargir son répertoire de sensations, de fantasmes et d’expériences sexuelles. Je crois aussi que l’ouverture à l’expérience permet d’assouplir ses codes d’attraction sexuelle et d’éviter de s’emprisonner dans la rigidité, voire le fétichisme ou l’anhédonie. Les gens créatifs qui sont plus enclins à essayer de nouvelles choses finissent souvent par mieux se connaître et trouver plus facilement chez les autres ce qui correspond à leur large gamme de préférences.

                Le premier pas à franchir pour devenir plus créatif est d’oser dévier de sa trajectoire et voir ce que l’inconnu contient ! L’expérience est plus importante que la contemplation. Bonne semaine à tous !

creativite-L-ZD9EwZ