Articles Tagués ‘trouble de personnalite’

Aujourd’hui, je vais aborder certaines caractéristiques d’un trouble de personnalité assez répandu dans ma pratique clinique. Lorsqu’un enfant évolue dans un milieu familial instable, il y a de bonnes chances qu’un trouble de personnalité borderline puisse se former. À la dimension de l’instabilité, je pourrais ajouter celles du manque affectif, de l’abus ou de l’excès de critique (voire de la dénigration).

                Ce qui est assez typique des gens ayant un trouble de personnalité borderline est leurs fortes variations d’humeur. Je vais ainsi vous présenter différents visages qu’ils peuvent présenter. Ici, je tiens à nuancer que nous ne parlons pas d’un trouble de personnalité multiple mais bien de différents modes. Vous pouvez consulter cet article où je traite de nos différents états d’égo.

                Tout d’abord, il y a le mode enfant abandonné. Ici, l’individu se sent fragile, triste et mal-aimé. Il y a une obsession par rapport à l’idée de trouver quelqu’un qui va s’occuper de nous. On a peur d’être abandonné et l’expression des émotions s’avère intense. Ensuite vient aussi le mode enfant en colère. Celui-ci résulte d’une accumulation d’émotions négatives et consiste en une sorte d’explosion si vous voulez. C’est la furie ! Dans le comportement, il y a une grande impulsivité et c’est dans ce mode que les gens ayant un trouble de personnalité borderline seront plus susceptibles de menacer de se suicider.

                D’autres modes sont beaucoup plus subtiles et trompeurs…Je pense au mode protecteur détaché. C’est un mode avec des comportements de « soumission automatique ». L’affect est mécanique et il y a un évitement généralisé des émotions. La personne se détache ainsi de ses besoins. La personne a un comportement qu’on peut qualifier d’adapté et elle fait ce que son environnement lui demande. Il y a sensation de vide et ennui. Finalement, ce mode apporte aussi son lot de problèmes psychosomatiques étant donné le refoulement.

                Le dernier mode que nous cherchons à travailler en thérapie est le mode parent punitif. Ici, il y a introjection d’un parent qui s’est montré très critique et dur à notre égard. Les signes en sont le dégoût de soi, la critique de soi, le déni de soi, l’automutilation, les intentions suicidaires, et les comportements autodestructeurs. Il n’y a aucun bénéfice secondaire associé à ce mode (au moins, le protecteur détaché permet un comportement social plus adapté). À mon avis, c’est surtout ce mode qui fait en sorte que beaucoup de gens iront dans l’auto sabotage de leur vie.

                Voilà, pour conclure, je dirais que je ne crois pas au déterminisme total si vous me permettez l’expression. Nous sommes davantage que nos conditionnements et nous pouvons choisir de changer notre vie. Pour l’individu aux prises avec un trouble de personnalité borderline, une solution possible passe par le développement d’un mode adulte sain  qui est fort et bienveillant.

borderline

Publicités

260px-Michelangelo_Caravaggio_065Bonjour,

Dans cet article, je vais vous présenter différents aspects reliés au trouble de la personnalité narcissique. Dans un premier temps, nous pouvons affirmer que ces gens sont surtout axés vers le paraître vs l’être (voir au besoin mon texte 4 verbes, 4 dimensions). Même s’ils semblent sûrs d’eux, il se cache une grande vulnérabilité derrière leur façade de surpuissance. Leur estime personnelle est très basse, mais utilisant sans cesse des stratégies de surcompensation, ils peuvent être charismatiques et même réussir très bien professionnellement. Ils sont surtout motivés par la domination des autres et le pouvoir. Ils voient souvent les relations à des fins utilitaires. Si une personne ne leur sert pas à quelque chose, ils ne s’y intéresseront pas.

Les gens narcissiques ont énormément besoin de validation par les autres car au fond d’eux-mêmes, ils ne se donnent pas beaucoup de valeur. Ils croient souvent être les meilleurs mais ils se mentent à eux-mêmes. Malheureusement, il leur est difficile de changer car la démarche d’introspection est ardue. Il s’avère menaçant pour eux d’explorer leurs points faibles tant leur façade de surpuissance est rigide. Je ne vous apprends probablement pas grand-chose en mentionnant que ces gens consultent très peu en psychologie ou sexologie.

Le narcissisme peut se manifester de différentes façons : domination des autres, égocentrisme démesuré, manque d’empathie, désir excessif de correspondre aux standards sociaux de succès, mépris envers ceux jugés comme inférieurs, sentiment d’être constamment en compétition avec les autres, accorder excessivement d’importance à l’apparence et le statut social.

Selon la thérapie des schémas, pour amener ces individus à changer, il faut les remettre en contact avec l’ « enfant esseulé » en eux, souvent profondément enfoui et caché par un « soi grandiose ». Je ne recommande également à personne d’entrer en relation intime avec un individu très narcissique. Nous avons tous plus ou moins certains traits mais quelqu’un ayant un trouble de personnalité narcissique ne pourra pas vraiment vous aimer pour qui vous êtes mais plutôt pour la valeur perçue que vous lui apportez.